Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'Italie autorise des drones américains à frapper l'EI en Libye depuis la Sicile

Un attentat en Tunisie évité grâce au raid américain




L'Italie a donné son accord à l'utilisation au cas par cas de drones déployés sur la base américaine de Sigonella, en Sicile, pour combattre l'organisation Etat islamique (EI) en Libye, a déclaré la ministre italienne de la Défense, Roberta Pinotti.
 Les Américains "devront demander (une autorisation, ndlr) à notre gouvernement chaque fois qu'ils voudront utiliser un moyen en partance de Sigonella", a précisé la ministre dans une interview mercredi au quotidien Il Messaggero.
Ces frappes seront limitées aux opérations nécessaires "en dernier ressort" pour "la protection des installations et du personnel américain et de toute la coalition" en Libye et "dans toute la zone", a ajouté Mme Pinotti.
"Ce n'est pas une décision liée à une accélération concernant la Libye", où plusieurs pays occidentaux envisagent une intervention armée pour contrer l'avancée de l'EI, a-t-elle insisté.
Par ailleurs le bombardement américain qui a visé la semaine dernière un camp d'entraînement de combattants du groupe Etat islamique en Libye a probablement évité un attentat en Tunisie voisine, a affirmé le Pentagone lundi.
 Le raid aérien de vendredi dernier contre le camp des jihadistes près de Sabrata, à l'ouest de Tripoli, avait fait plusieurs dizaines de morts dont Noureddine Chouchane, décrit comme un cadre opérationnel de l'EI, qui serait derrière deux récentes attaques en Tunisie, celles du musée du Bardo (22 morts) et sur une plage et dans un hôtel près de Sousse (38 morts).
 Le camp détruit était "concentré sur des entraînements pour mener des opérations, le type d'opérations que l'on a vu en Tunisie", a justifié le porte-parole du Pentagone Jeff Davis.
 "Nous sommes certains que (...) la frappe a empêché une tragédie plus grande avec une quelconque sorte d'attaque extérieure. Le type d'entraînement qu'ils menaient ainsi que la proximité avec la frontière tunisienne suggèrent qu'un forfait de plus grande envergure était en préparation".
 Dans le camp où, selon le Pentagone, jusqu'à 60 jihadistes s'entraînaient, "des personnes travaillaient en petits groupes synchronisés et coordonnés (...) avec de petites armes", a poursuivi M. Davis.
 Le ministère américain de la Défense estime à quelque 5.000 le nombre de combattants de l'EI désormais en Libye, où l'organisation ultra-radicale, jusqu'ici surtout implantée en Syrie et en Irak, voit ses rangs gonfler.

Mercredi 24 Février 2016

Lu 729 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs