Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’Iran redit possible un accord cette semaine sur le nucléaire

L’Occident attend plus de concessions à Genève




L’Iran redit possible un accord cette semaine sur le nucléaire
Mohammad Javad  Zarif, le ministre iranien des Affaires étrangères, a réitéré jeudi son espoir de parvenir à un accord nucléaire d’ici vendredi avec le groupe des six grandes puissances, dans le cadre des négociations menées à Genève.
A Paris mardi et mercredi, Mohammad Javad  Zarif s’est efforcé d’amadouer la France, considérée par Téhéran comme l’un des pays plus intransigeants face au programme nucléaire iranien, à la veille de la reprise des négociations avec le Groupe P5+1, qui rassemble les cinq membres permanents du Conseil de sécurité et l’Allemagne.  «Si chacun fait de son mieux, nous pouvons trouver (un accord)», a dit le ministre à la sortie d’un petit déjeuner avec Catherine Ashton, porte-parole de la diplomatie de l’Union européenne (UE).  «Nous nous attendons à des négociations sérieuses», a-t-il ajouté, au sujet de l’éventualité d’un accord. «C’est possible.»
La réunion sera la deuxième sur le programme nucléaire controversé de Téhéran depuis l’élection en juin de Hassan Rohani, considéré comme un modéré, à la présidence iranienne et sa prise de fonction en août.
Mohammad Javad Zarif a déjà estimé mardi que le cadre d’un accord sur le programme nucléaire de Téhéran, soupçonné par les Occidentaux d’abriter des recherches sur une arme atomique, pouvait être trouvé cette semaine.


  A la fin des précédentes négociations, en octobre, les négociateurs de l’Iran et du groupe P5+1 avaient évoqué une importante contribution de Téhéran dans un communiqué commun.
Par ailleurs, les Etats-Unis attendent un «premier pas» de l’Iran lors des négociations sur son programme nucléaire qui devaient reprendre jeudi à Genève entre la République islamique et les puissances du P5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité plus l’Allemagne), a déclaré mercredi un haut responsable de l’administration Obama.
Ce «premier pas», a-t-il ajouté, stopperait les progrès du programme nucléaire iranien et engagerait un processus d’inversion pour certaines de ses composantes.
 En échange, Washington serait prêt à proposer «un allègement très limité, temporaire et réversible des sanctions», a-t-il poursuivi sans plus de détails.
 L’Iran et le P5+1 se retrouvent jeudi et vendredi à Genève pour un nouveau cycle de négociations, le deuxième depuis les ouvertures diplomatiques consécutives à l’arrivée au pouvoir du nouveau président iranien, Hassan Rohani.
 




REUTERS
Vendredi 8 Novembre 2013

Lu 72 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs