Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’Institut français de Fès présente un spectacle de danse contemporaine : «Signes et Sens» à l’affiche




Le Complexe culturel Al Houria de Fès servira de décor à la représentation de « Signes et Sens », lundi 18 janvier courant, à partir de 19h.
Réalisé par la chorégraphe interprète Ahlam EL Morsli, qui en assure la direction artistique, en collaboration avec l’Association “Collectif des jeunes artistes marocains”, ce spectacle de danse contemporaine est proposé par l’Institut français de Fès. Il est précédé par une résidence d’artistes à Dar Batha qui se poursuit jusqu’au 17 janvier.
«Cette création à l’approche toute particulière est née d’une rencontre; celle de chorégraphes et danseurs de différentes nationalités d’Afrique (Maroc, Niger, Sénégal, Burkina Faso, France), lors du Festival Action danse qui s’est déroulé à Casablanca en octobre 2008 », souligne-t-on à l’IF de Fès.
« Signes et Sens » est interprété par les artistes chorégraphes Aguibou Sanou et Aminata Sanou (Burkina Faso),  Abdalah Ousmane (Niger), Ahlam El Morsli (Maroc) et la sénégalaise Fatou Samb. Sa représentation s’inscrit dans le cadre d’une tournée dans les Instituts français de Fès (19 janvier), Rabat (20 janvier) et Casablanca (22 janvier). Qui se poursuivra au Festival international de danse contemporaine « On Marche », le 26 janvier à Marrakech.
Cette tournée est aussi l’occasion pour les chorégraphes de partager leurs pratiques artistiques, en proposant des ateliers artistiques en danse contemporaine, africaine, contes, capoeira et musique. Dans des écoles de danse mais aussi dans le milieu social.
« Cette création est finalement le fruit d’une envie de partage d’énergie, de qualités et styles de danse de cinq pays différents en culture et tradition, afin de créer un laboratoire de recherche, qui favorisera la création entre artistes africains, promouvoir la danse contemporaine dans le paysage artistique marocain », expliquent les promoteurs de cet événement.
« L’envie de découvrir la matière première de la création le corps de l’autre, où l’âme est mise à nu par le corps, et par les variations culturelles puisque les danseurs sont issus de cultures et contrées éparses, on se permet de s’affranchir des limites conventionnelles, les frontières, les différences, les ressemblances et l’individualisme », poursuivent-ils.
Soulignons enfin que « Signes et Sens » a déjà été accueilli pour une résidence de montage  en mai 2009. Cette création a aussi été présentée en avant-première aux Instituts français de Casablanca et Fès, en avril dernier.                                                
Ce spectacle bénéficie du soutien du Service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France au Maroc. Et compte parmi les partenaires, l’Association « Collectif des jeunes artistes marocains », les Instituts français de Fès, Rabat et Casablanca.

ALAIN B.
Vendredi 15 Janvier 2010

Lu 448 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs