Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’INDH secoue la léthargie de Khouribga




Au regard d’une ville qui sombre dans la léthargie, et face aux revendications des citoyens qui cherchent à améliorer leurs conditions de vie, et faute  de vrais élus capables de jouer ce rôle, le comité provincial de l’INDH, comme à l’accoutumée, se substitue, dans la mesure du possible, à ces derniers pour réaliser des projets visant, en premier lieu, l’amélioration de la qualité de vie du citoyen, en lui assurant une meilleure insertion dans son environnement social  par la création d’espaces pour les activités des associations de la société civile.
Et c’est dans ce cadre que le comité provincial de l’INDH s’est réuni récemment pour dresser le bilan relatif aux projets de 2014-2015, et s’enquérir de l’état d’avancement de ceux déjà initiés, tout en faisant part des contraintes qui empêchent leur réalisation.
Une enveloppe de 79.846.000.00 dirhams, a été, en effet, allouée particulièrement à l’infrastructure en faveur de 62 projets dont 22 ont été totalement réalisés, alors que le reste est en cours d’achèvement.
Lors de cette réunion, de nouvelles décisions ont été prises par le comité pour mettre en place un ensemble de mécanismes visant à veiller sur les réalisations, défendre les acquis et à faire face aux contraintes majeures qui risquent d’entraver le bon déroulement des projets.
Il s’agit, en effet, de trouver des terrains pour la réalisation de certains projets, annuler ceux qui se heurtent à des difficultés insurmontables, renforcer les dispositifs concernant certains projets à caractère social tels que les terrains de sport de proximité et créer une commission de suivi.
Force est de noter, enfin, que les collectivités locales doivent désormais augmenter leur contribution budgétaire au profit de l’INDH, aux côtés des services de l’Etat et des représentants du tissu associatif, l’objectif étant de créer un espace de concertation garantissant la bonne gouvernance.
Comme quoi, sans cette lueur d’espoir de l’INDH, Khouribga, réputée pourtant être la capitale mondiale des phosphates, serait une ville morte.

Farid Barigo
Mercredi 30 Décembre 2015

Lu 862 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs