Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'Europe sous le choc




L'Europe sous le choc
La zone euro dont la France vit une nouvelle semaine de tourmente après la dégradation de neuf membres de l’Union, une nouvelle donne avec laquelle il faut  composer et qui vient s'ajouter au spectre récurrent d'une faillite de la Grèce.
 La perte par la France de son "triple A", la meilleure note possible qui a été abaissée vendredi d'un cran, à "AA+", par l'agence d'évaluation Standard & Poor's (SP), est un sérieux revers pour le gouvernement français qui a, à coup de plans de rigueur, fait de la conservation de son «triple A» un enjeu primordial.
 Au final, seule l'Allemagne semble tirer son épingle du jeu puisqu'elle reste en triple A. Hormis la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, l'Irlande, l'Estonie et la Finlande qui conservent leur note, tous les autres pays de la zone euro sont dégradés et placés en perspective négative, laquelle perspective les place sous le coup d'une nouvelle dégradation dans un avenir proche.
 L'abaissement de la note financière d'un pays se traduit, en principe, par une hausse des taux d'intérêt auxquels il refinance sa dette. Pour la France, la première épreuve déterminante est attendue jeudi. Paris espère lever 7,5 à 9,5 milliards d'euros, sur 178 milliards d'emprunts prévus cette année.
 Pour Standard & Poor's, les efforts visant à mettre en place une règle d'or budgétaire commune à tous les pays de la zone euro n'ont pas séduit l'agence de notation américaine. Sa décision concernant la France était alors motivée par ses craintes quant à l'impact sur le pays de l'aggravation des problèmes politiques, financiers et monétaires au sein de l'Union économique et monétaire européenne.
Quelles conséquences pour la France ?  
L'augmentation des taux auxquels la France emprunte sur le marché,  actuellement de 3,2% pour des emprunts à 10 ans, devrait être la première conséquence. L'agence de notation indique par cette dégradation que la dette française est moins sûre, et qu'elle pourrait donc avoir des difficultés à rembourser. Les marchés, s'ils se méfient, demanderont donc à prêter à des taux plus élevés. Cette tendance risque de se confirmer, quant à l'Allemagne elle a été épargnée vendredi soir par la dégradation et conserve son triple A avec perspective stable et donc l'assurance de continuer à emprunter à des taux très bas.
 Tout ceci n'est encore que pure spéculation. Dégradés l'été dernier, les Etats-Unis empruntent aujourd'hui à des taux inférieurs à ceux d'alors. Mais la situation européenne n'est pas comparable, car contrairement aux économies de l'UE tributaires les unes des autres, les Etats-Unis sont autonomes et indépendants.
 Sur le plan local, une grande partie du budget des collectivités provenant de l'Etat, sera par conséquent plus chère. Il sera donc plus coûteux de rénover des routes ou financer des musées, voire opérer des arbitrages et c'est en définitive le confort du citoyen lambda qui va s'en ressentir.
 Les grands groupes publics devraient se retrouver dans la même situation que les collectivités locales et souffrir d'une hausse de leurs taux de financement ainsi que d'une baisse des commandes publiques puisque l'Etat va encore d'avantage se serrer la ceinture.
 Les banques devraient également voir leur note dégradée, ce qui augmenterait les taux auxquels elles pourraient emprunter. Et donc les taux auxquels elles-mêmes prêtent aux particuliers, aux entreprises et aux autres banques.
Le crédit devrait lui aussi devenir plus coûteux. D'où un risque de récession.  Du côté des entreprises, les petites et moyennes seront celles qui en souffriront le plus, car les grands groupes, qui font une partie de leurs bénéfices hors de France, peuvent trouver d'autres sources de financement au-delà de l'Hexagone. Il y aura un certain attentisme en ce qui concerne l'investissement et les embauches, ce qui va entraîner une baisse de la demande et du pouvoir d'achat en général.
 En somme, les taux d'accès au crédit devraient en principe augmenter et si l'ensemble de l'activité économique se détériore, l'emploi pourrait être également touché.
 Côté positif, l'euro est en baisse. Il a chuté sous les 1,27 dollar après les fuites d'informations, vendredi après-midi. Les exportations seront donc moins chères à l'étranger, ce qui pourrait aider la production européenne à repartir.
 Autre souci de taille pour l'UE: les pays déjà en difficulté dans la zone euro, tels que l'Italie, l'Espagne ou le Portugal également en ligne de mire des agences de notation. Le couperet de S&P est tombé : les trois pays voient leur note souveraine chuter de deux crans avec une perspective négative.
 Ces derniers jours, les tensions sur l'avenir de la zone euro s'étaient calmées. Elles pourraient réapparaître la semaine prochaine pour questionner à nouveau la gouvernance de la zone euro et la survie de la monnaie unique.

Par Lhassan OUTALHA
Vendredi 20 Janvier 2012

Lu 800 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs