Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’Europe peine à aller vers l’intégration

Après l’accord sur les banques, la défense commune pose problème




L’Europe peine à aller vers l’intégration
L’Europe a montré jeudi sa difficulté à avancer vers plus d’intégration, autant en matière de défense que d’économie, au lendemain d’un accord majeur sur l’union bancaire.
La chancelière allemande, Angela Merkel, a plaidé pour une plus grande coopération entre Européens, notamment en matière de défense, un sujet qui n’avait pas été au menu d’un sommet européen depuis cinq ans.
«L’Europe pourrait travailler de manière beaucoup plus étroitement coordonnée», a-t-elle déclaré, en évoquant une «mise en commun» dans les équipements.
Le président français, François Hollande, a souhaité des «résultats», en plaidant pour un accord de coopération dans «le drone de nouvelle génération qui pourrait être justement l’une des réalisations de l’Europe».
Mais le Premier ministre britannique, David Cameron, a sèchement confirmé que Londres bloquerait toute initiative allant dans le sens d’une véritable défense européenne. «Il est sensé pour les nations de coopérer dans le domaine de la défense afin d’assurer notre sécurité. Mais il n’est pas bon pour l’UE de se doter de capacités communes, d’armées, de moyens aériens et du reste», a-t-il affirmé.
Les dirigeants de l’UE ont aussi prévu de lancer quelques programmes, notamment dans les drones, le ravitaillement en vol, les satellites ou la cyber sécurité.
Sur le problème du financement posé par la France, qui est engagée dans deux interventions armées au Mali et en Centrafrique, les chefs d’Etat et de gouvernement ont prévu d’examiner «rapidement» la question en vue «d’améliorer» le système existant.
Tout en se félicitant d’avoir reçu l’appui de «la quasi-totalité» des gouvernements européens pour ces opérations, M. Hollande avait demandé à son arrivée que «les financements suivent ces soutiens politiques».
Sur le plan économique, les Européens progressent aussi à pas comptés sur le chantier de l’approfondissement de l’union économique et monétaire. Les Allemands insistent pour renforcer l’emprise des institutions européennes sur les politiques économiques des Etats membres, au travers de «contrats», alors que les Français plaident pour plus de «solidarité» financière.
Mais les positions se rapprochent et, un an et demi après l’ouverture de ce chantier, les chefs d’Etat ou de gouvernement devraient se fixer l’objectif d’atteindre un «accord global» en octobre 2014. Il faudra toutefois des années, et peut-être une révision des traités européens comme le souhaite l’Allemagne, pour aboutir.
Le sommet s’était ouvert sur une note positive dans la foulée d’un accord sur l’union bancaire, le projet censé éviter à l’avenir que les problèmes des banques ne se répercutent sur l’ensemble de l’économie.
Après des mois de blocage, les ministres des Finances sont parvenus dans la nuit de mercredi à jeudi à s’entendre sur le mécanisme destiné à régler le sort des banques en faillite de la zone euro. Un accord jugé «décisif», voire «historique».
Mais les critiques n’ont pas tardé, notamment sur la complexité du dispositif. Le président du Parlement européen, Martin Schulz, a jugé le compromis «inquiétant» et a prédit de «très longues négociations». 

AFP
Samedi 21 Décembre 2013

Lu 354 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs