Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’Europe contre l’austérité : Grève générale en Espagne et au Portugal




L’Europe contre l’austérité : Grève générale en Espagne et au Portugal
L’Europe s’est mobilisée hier mercredi contre l’austérité lors d’une journée marquée par des grèves générales en Espagne et au Portugal, deux des pays les plus fragiles de la région, où la riposte populaire grandit contre le chômage et la précarité.
Des arrêts de travail étaient aussi annoncés en Italie et en Grèce, ainsi que des manifestations dans plusieurs autres pays dont la France et l’Allemagne.
«Cette première grève ibérique» est «un signal fort de mécontentement et un avertissement aux autorités européennes», a lancé Armenio Carlos, secrétaire général de la CGTP, le principal syndicat portugais.
L’Espagne, quatrième économie de la zone euro, étranglée par un chômage qui frappe un quart des actifs, vivait au ralenti pour sa deuxième grève depuis l’arrivée au pouvoir, il y a près d’un an, du gouvernement conservateur de Mariano Rajoy.
Dès la nuit, les piquets de grève agitant les drapeaux rouges des syndicats UGT et CCOO ont envahi Madrid et les autres grandes villes, prenant position aux portes des usines, des commerces, des marchés de gros ou des gares.
A travers Madrid, les manifestants ont déployé de grandes banderoles portant le slogan de cette journée: «Ils nous privent de notre avenir, il y a des coupables, il y a des solutions».
«Grève générale. Ils nous laissent sans avenir», affirmait aussi une banderole barrant l’entrée de l’usine Volkswagen à Pampelune, dans le nord de l’Espagne.
«Nous sommes en grève contre la réforme du travail, contre les coupes budgétaires dans tout, dans l’éducation, dans la justice, les hausses d’impôts. Car on est en train de perdre tout ce que l’on avait obtenu grâce à beaucoup de travail et d’efforts», résumait Rocio Blanco, une gréviste de 48 ans près de la gare d’Atocha à Madrid.
Depuis la dernière grève du 29 mars, les manifestations se succèdent contre la politique d’austérité menée par le gouvernement, qui prévoit 150 milliards d’euros d’économies d’ici à 2014 et frappe durement les plus modestes.
L’impact du mouvement était cependant limité par le service minimum habituel en Espagne en pareil cas.
Dans le bus ou le métro, les Madrilènes se résignaient à attendre un peu plus longtemps qu’à l’habitude.
Désabusée, Soledad Jimenez, une dessinatrice de 30 ans, disait ne pas croire que la grève «soit la manière la plus adaptée de protester». «Il y a des gens qui ne peuvent pas se permettre de perdre une journée de salaire», remarque-t-elle. «J’essaierai d’aller à la manifestation cet après-midi».
La mobilisation devrait être plus perceptible en fin de journée, avec deux manifestations convoquées à Madrid, l’une par les syndicats et l’autre par la mouvance des indignés, témoin de l’exaspération face à la pauvreté grandissante, aux expulsions de propriétaires surendettés, aux milliards d’euros engloutis dans l’aide aux banques.
Le Portugal lui aussi tournait au ralenti, avec les trains et métros à l’arrêt, et de nombreux avions cloués au sol, lors de cette journée convoquée par la CGTP pour protester contre les mesures d’austérité du gouvernement de centre droit.
A Lisbonne, de nombreuses banderoles accrochées aux réverbères appelaient à participer au mouvement.
«La «troïka» dehors», clamaient d’autres affiches réclamant le départ des créanciers du Portugal qui évaluent actuellement les mesures d’austérité mises en oeuvre par le gouvernement en échange de l’aide internationale de 78 milliards d’euros, accordée au pays en mai 2011.
«Cette journée sera une étape dans l’histoire du syndicalisme européen», a promis à Madrid le secrétaire général de CCOO, Ignacio Fernandez Toxo, appelant à la grève contre «le gouvernement du chômage et de la misère».
Alors que la croissance dans la zone euro devrait rester au point mort (+0,1%) en 2013, selon la Commission européenne, le Fonds monétaire international a lui-même averti que les politiques d’austérité risquaient de devenir «politiquement et socialement intenables».
Le président de la confédération allemande des syndicats (DGB), Michael Sommer, a lui mis en garde contre les politiques d’austérité dans les pays de l’Europe du sud.
«En Grèce, en Espagne, au Portugal, est pratiquée une politique d’austérité sur le dos des gens (...) On détruit ces pays à coup d’économies. (...) C’est pour cela qu’il y a cette résistance, cette révolte», a-t-il dit.

AFP
Jeudi 15 Novembre 2012

Lu 195 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs