Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'Etat n’épongera pas les 42,5 MMDH de dettes de la Samir




La position du gouvernement vis-à-vis de l'affaire de la société la Samir a été ferme et l'exécutif n'acceptera aucun chantage concernant sa sécurité énergétique, a affirmé le ministre de l'Energie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement.
 Le ministre qui intervenait, récemment, sur le devenir de la Samir lors de la séance des questions orales à la Chambre des représentants, a indiqué que ladite société a décidé, depuis des mois et de manière unilatérale, d'arrêter la production si le gouvernement n'accède pas à un certain nombre d'exigences, en premier lieu exercer des pressions sur les banques pour résoudre la problématique de ses dettes. "Il est inadmissible que l'Etat assume la responsabilité de la mauvaise gestion de la société", a-t-il martelé.
 Rappelant les dysfonctionnements qui ont conduit la Samir à cette situation financière catastrophique et à l'arrêt de la production, le ministre a appelé le propriétaire de la société à assumer son entière responsabilité, essentiellement concernant ses dettes envers l'Etat marocain et les particuliers.
 Pour le ministre, "il est illogique de demander à l'Etat d'intervenir pour éponger les dettes d'une société qui ont atteint 42,5 milliards de DH, d'autant, a-t-il dit, que la Samir était parfaitement consciente de sa situation financière qui lui a été rappelée à plusieurs reprises en lui demandant de trouver un plan de sortie de crise.
 Cette situation n'aura aucune incidence sur la raffinerie au Maroc, a-t-il affirmé, soulignant que le secteur de tutelle dispose d'un plan alternatif pour assurer l'approvisionnement du marché national en hydrocarbures.
 A cet égard, le ministre a fait savoir que l'approvisionnement du marché national en énergie, notamment les produits pétroliers se fait sous la supervision minutieuse du ministère de l'Energie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement, en coordination avec les différents intervenants aussi bien publics que privés ainsi qu'avec les opérateurs du secteur.

Vendredi 6 Novembre 2015

Lu 731 fois


1.Posté par Malik le 05/11/2015 19:51
Dans une société bien géré , le conseil d'administration aurait depuis bien longtemps remercié le direceteur générale et le directeur financier. Le ou les propriétaires de cette société ont fait preuve de négligence en pensant pouvoir se reposer sur la garantie tacite de l'état. Quel preuve indéniable d'incompétence !

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs