Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'Egypte veut renforcer ses liens avec la Russie

Une nouvelle Constitution en cours de rédaction




L'Egypte veut renforcer ses liens avec la Russie
L'Egypte tient à renforcer sa coopération avec la Russie dans la foulée de la crise diplomatique entre Washington et Le Caire déclenchée par l'éviction du président Mohamed Morsi, a indiqué samedi le ministre égyptien des Affaires étrangères Nabil Fahmy.
Le ministre s'exprimait à quelques jours de la venue des ministres russes des Affaires étrangères et de la Défense, attendus au Caire les 13 et 14 novembre pour des discussions portant sur des questions diplomatiques et de coopération militaire.
Alors que par mesure de rétorsion, Washington a gelé partiellement le 10 octobre son aide au Caire, M. Fahmy a estimé que les tensions entre les Etats-Unis et un de leurs principaux alliés arabes s'étaient apaisées à la faveur de la récente visite du secrétaire d'Etat américain John Kerry.
Si la visite de M. Kerry le 3 novembre --à la veille de l'ouverture du procès de M. Morsi-- "a laissé une bonne impression en Egypte", elle ne "signifie pas que tout est réglé et qu'il n'y aura pas de soubresaut dans les relations, a souligné M. Fahmy, indiquant que l'Egypte souhaitait développer son "indépendance".
Dans le pays où une nouvelle Constitution est en cours de rédaction, le cycle de violences entamé début juillet avec la destitution et l'arrestation de M. Morsi par les militaires a ralenti, a assuré M. Fahmy, mais "il faudra du temps pour qu'il s'arrête définitivement".
Des tentatives informelles de dialogue avec les Frères musulmans se sont heurtées à l'intransigeance des islamistes, a affirmé M. Fahmy.
"Il y a eu des tentatives de discussions avec les dirigeants des Frères musulmans", a-t-il déclaré, citant notamment l'échec de la médiation tentée par l'intellectuel Kamal Aboul Magd entre le gouvernement et les islamistes et "d'autres tentatives informelles".
"Nous n'avons pas encore vu d'engagement de la part des Frères musulmans à rejoindre l'Egypte du 21e siècle, moderne, incluant tout le monde et cela pacifiquement", a-t-il conclu.
Evoquant la future loi fondamentale, qui sera adoptée à l'issue d'un référendum envisagé en décembre, M. Fahmy a estimé qu'elle sera "faite pour un Etat civil".
"Il y a une tendance, et même une détermination, à ce que ce soit une Constitution civile. Ce ne sera ni un Etat théocratique, ni un Etat militaire", a-t-il affirmé, alors que l'armée semble déterminée à conserver ses privilèges protégés par la Constitution.
La Constitution, actuellement examinée par un comité de 50 membres, pourrait également décider d'autoriser ou non les Frères musulmans à participer aux élections législatives prévues au printemps, selon M. Fahmy.
Interrogé sur les chances des Frères musulmans aux prochains scrutins, M.Fahmy a estimé "que le nombre important de manifestants le 30 juin est une indication de la direction que les gens veulent prendre". 

Reuters
Lundi 11 Novembre 2013

Lu 48 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs