Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’Egypte s’engouffre dans la spirale de la violence

Le Caire secoué par deux attentats meurtriers




L’Egypte s’engouffre dans  la spirale de la violence
Au moins une personne a été tuée dans un attentat vendredi près d'une station de métro du Caire, a indiqué la télévision d'Etat égyptienne, quelques heures à peine après une attaque meurtrière contre le QG de la police dans le centre de la capitale.
Un engin explosif de faible puissance a détoné à proximité d'une station de métro du quartier de Dokki, faisant un mort et 15 blessés selon la chaîne. Plus tôt, au moins quatre personnes ont été tuées dans un attentat contre le QG de la police dans le centre-ville, et plus de 70 autres blessées.
Auparavant un kamikaze a fait sauter une voiture piégée vendredi matin sur le parking du quartier général de la police égyptienne au Caire, faisant quatre morts, indiquent des sources au sein des services de sécurité.
L'explosion a endommagé la façade du Directoire de la sécurité du Caire, qui abrite la police et la sécurité d'Etat.
Trois policiers figurent parmi les personnes décédées. Le gouverneur du Caire, cité par la télévision publique, a fait état d'une cinquantaine de blessés. Un journaliste de Reuters a indiqué avoir entendu une fusillade après l'explosion, qui a détruit les vitrines des boutiques environnantes et propulsé des éclats de bois et de métal à des centaines de mètres à la ronde.
La télévision officielle, citant des témoins, affirme que des hommes armés circulant à moto ont ouvert le feu sur le bâtiment de la police.
L'attaque n'a pas été revendiquée dans l'immédiat. Elle survient à la veille du troisième anniversaire du soulèvement qui aboutit le 11 février 2011 à la chute du président Hosni Moubarak.
Les attaques de militants islamistes contre les forces de l'ordre se sont multipliées depuis que l'armée a déposé le président Mohamed Morsi le 3 juillet 2013 et engagé une répression implacable contre les Frères musulmans, dont plusieurs milliers de partisans ont été tués ou arrêtés.
La confrérie, qui assure ne pas recourir à la violence, est classée depuis décembre comme une organisation terroriste.
La décision a été prise par les autorités après un attentat contre un QG de la police à Mansoura, dans le delta du Nil, qui a coûté la vie à 16 personnes. Les Frères musulmans ont condamné cette attaque revendiquée par un groupe armé basé dans le Sinaï, Ansar Bayt al Makdis.
Sur le site de l'explosion, des badauds criaient "Traîtres! Chiens!" en direction des assaillants et entonnaient des slogans contre les Frères: "Le peuple veut l'exécution de la confrérie. Exécution pour Morsi!"
 

Reuters
Samedi 25 Janvier 2014

Lu 386 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs