Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'Egypte amorce sa transition




L'Egypte amorce sa transition
Un pouvoir de transition, avec l'armée aux commandes et un gouvernement gérant les affaires courantes, prenait ses marques en Egypte où la vie revenait à la normale, avec notamment la réouverture dimanche à la circulation de la place Tahrir, haut lieu de la révolte au Caire.
L'armée, dépositaire du pouvoir après la chute vendredi du Président Hosni Moubarak, a promis samedi une «transition pacifique» vers «un pouvoir civil élu».
Le Conseil suprême des forces armées a annoncé que le gouvernement nommé par M. Moubarak quelques jours avant son départ resterait en place pour assurer la gestion des affaires courantes.
Ce dernier devait tenir hier sa première réunion depuis la démission de M. Moubarak, selon l'agence officielle Mena.
L'armée n'a toutefois pas donné de calendrier ni présenté de mesures plus précises pour cette transition.
Dans le même temps, Le Caire reprenait ses habits d'avant la révolte. Dans la matinée, la circulation a repris sur la place Tahrir, épicentre du soulèvement populaire qui a fait au moins 300 morts, selon l'ONU et l'organisation Human Rights Watch.
Seule une partie de la place, où quelques centaines de manifestants étaient encore présents, restait fermée au trafic.
Les manifestations sur ce grand rond-point pendant 18 jours avaient paralysé le centre-ville d'ordinaire bouillonnant d'activité.
Les tanks de l'armée postés aux entrées de la place, étaient toujours présents, mais ne bloquaient pas les accès.
Quelques brèves échauffourées ont eu lieu entre des soldats et quelques dizaines de protestataires irréductibles qui refusaient de quitter les lieux.
La plupart des protestataires avaient néanmoins quitté sans encombre les lieux après la démission de M. Moubarak, permettant le début samedi des opérations de nettoyage.
Ces dernières se poursuivaient hier matin. Des soldats démontaient des tentes, jetaient les bâches en plastique et autres matériaux dans une benne, aidés par des civils qui empilaient les couvertures et balayaient le sol.

AFP
Lundi 14 Février 2011

Lu 428 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs