Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'EI a exécuté sommairement 13 civils près de Mossoul

Une journaliste irakienne enlevée à Bagdad par des hommes armés




Des combattants du groupe Etat islamique ont "exécuté sommairement" 13 habitants de deux villages du nord de l'Irak, dont certains s'étaient soulevés contre eux aux premières heures de l'offensive de l'armée irakienne pour reprendre Mossoul, a annoncé mardi Human Rights Watch (HRW).
Ces exécutions, qualifiées de "crimes de guerre" par HRW, ont eu lieu le 17 octobre, le jour même du début de la vaste opération militaire visant à reprendre la deuxième ville d'Irak, dernier bastion de l'EI dans ce pays.
Aux premières heures de la journée, 30 habitants d'Al-Lazzagah et 15 résidents d'Al-Hud, à environ 50 km au sud de Mossoul, "ont attaqué des combattants de l'EI pour les chasser de leurs villages" qu'ils occupaient depuis juin 2014 et "ont tué 19 membres de l'EI", a expliqué l'ONG dans un rapport.
"L'EI a riposté au soulèvement en exécutant de façon extrajudiciaire des gens qu'ils avaient capturés pendant la révolte, ainsi que des civils qui n'avaient rien à voir", a déclaré Lama Fakih, directrice adjointe pour le Moyen-Orient de HRW, citée dans le rapport.
Au total, les jihadistes ont "exécuté sommairement 13 personnes, dont deux jeunes garçons", assure l'ONG.
HRW cite l'exemple de "Sulaiman", 44 ans, qui a participé au soulèvement. Les combattants "l'ont capturé avec son neveu, âgé de 14 ans et qui n'était pas impliqué dans la révolte. L'EI les a exécutés tous les deux", selon Human Rights Watch qui cite "Hassan", un témoin direct des événements.
Finalement, les forces de sécurité irakiennes ont atteint Al-Lazzagah à 19H30 locales le 17 octobre, puis Al-Hud le lendemain matin.
L'EI s'est emparé de larges pans du territoire irakien en 2014, dont Mossoul et la plaine de Ninive, où se trouvent les deux villages. Son emprise sur ces régions, ainsi que celles dont le groupe a pris le contrôle en Syrie voisine, s'est accompagnée d'atrocités, dont des viols, décapitations et autres exécutions.
Les forces irakiennes, appuyées par une coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, ont depuis regagné le gros du terrain perdu.
A la faveur de l'offensive sur Mossoul, elles ont repris une bonne partie de l'est de la ville mais peinent face à la résistance acharnée des jihadistes, qui en contrôlent toujours la partie occidentale.
Par ailleurs, une journaliste irakienne a été enlevée lundi soir chez elle à Bagdad par des hommes armés, ont annoncé mardi le Premier ministre irakien, qui a ordonné une enquête, et une organisation de défense des journalistes.
La journaliste, identifiée comme Afrah Shawqi par les autorités irakiennes, a collaboré par le passé avec le journal saoudien Asharq Al-Awsat et elle écrit pour de nombreux sites internet, dont Aklaam ("Les stylos", en arabe). Lundi, elle avait d'ailleurs publié sur ce site irakien un cinglant article dans lequel elle s'en prenait aux bandes et groupes armés irakiens "qui agissent en toute impunité".
Mme Shawqi "a été enlevée lundi soir vers 22H00 (19H00 GMT). Huit hommes armés ont fait irruption chez elle à Saïdiya (sud-ouest de Bagdad). Ils étaient habillés en civil et se sont fait ouvrir en prétendant appartenir aux forces de sécurité. Ils ont ligoté son fils", a indiqué à l'AFP Ziad al-Ajili de l'Observatoire irakien de la liberté de la presse.
"Ils ont dérobé des téléphones portables, des ordinateurs et de l'argent liquide puis ont enlevé Afrah et ont pris la fuite", a-t-il poursuivi.
Ce récit a été confirmé par une source au sein du ministère de l'Intérieur qui a témoigné sous le couvert de l'anonymat.
Afrah Shawqi, très impliquée dans la défense des droits des femmes irakiennes, travaille également au ministère irakien de la Culture.

Mercredi 28 Décembre 2016

Lu 462 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs