Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’Appel de Rabat


Pour un dialogue national parallèle sur la société civile



L’Appel de Rabat
L’idée circule d’ores et déjà dans les sphères associatives démocratiques, notamment au sein de l’Appel de Rabat. Entamer un dialogue national parallèle sur la société civile. Une réunion aura lieu ce samedi à Rabat entre les membres de l’Appel de Rabat pour examiner toutes les questions relatives à une éventuelle réaction appropriée, à la démarche suivie par le ministre  chargé des relations avec le Parlement et la société civile, Mohamed Mahbib Choubani.
Selon des sources de l’Appel de Rabat, la méthodologie de l’islamiste Choubani, n’a pas laissé de choix à plusieurs composantes de la société civile. Et d’ajouter qu’au début, tous les boycotteurs avaient bien accueilli cette initiative de dialogue national. Mais au fil du temps, constatent-ils, l’on avait remarqué certaines défaillances qui ont miné l’esprit même du dialogue.
Des séances de discussions avaient ainsi réuni autour de la même table le président nommé, Smail Alaoui, et plusieurs associations, notamment les plus imposantes. De nombreuses idées ont été avancées. Le problème est qu’en parallèle, Choubani et son « équipe » concoctaient une autre démarche.   Ainsi, l’esprit ayant régi l’initiative, pourtant louable, n’a pu sortir de son étroitesse et de son caractère clanique, soutiennent les détracteurs de Choubani. La mentalité du contrôleur, du partisan, du « plus rusé », expliquent-ils, a dominé les phases préparatoires. La bonne foi d’un président, respecté du reste, n’avait pas suffi pour mettre sur les rails un train qui a raté son départ. « Le projet de par son ampleur et son impact pour mettre en place une vision et une stratégie nationale en la matière, était tant attendu, mais les démarches suivies informaient sur une méthodologie obsolète, individuelle et hégémonique », confie, à Libé, un membre de l’Appel de Rabat qui tient aujourd’hui une réunion pour décider des modalités appropriées face à l’entêtement de Choubani. Ce dernier ne s’attendait peut-être pas au retrait de tant de personnalités de la société civile comme dans la recherche et les études. Mohamed Tozy, Abdellah Saaf, Najat Mjid … et the last but not the least le bâtonnier Abderrahim Jamii qui a dit haut ce que certains disent bas dans les salons. Ceci sans oublier la décision du Bureau politique de l’USFP de se retirer de tous les dialogues initiés par le gouvernement. Un regret peut-être, c’est de voir un homme de la trempe de Smail Alaoui chapeauter un dialogue où l’on entend qu’une seule voix !

Mustapha Elouizi
Samedi 23 Mars 2013

Lu 514 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs