Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’Afrique du Sud en rangs serrés contre le sida




“Un nouvel homme est arrivé en Afrique du Sud: c’est un homme qui prend ses responsabilités!”. Cet encart dans la presse sud-africaine compte parmi les multiples initiatives qui cherchent depuis peu à enrôler la population masculine dans la lutte contre le sida.
Cet homme “se contente d’une partenaire”, “ne se trouve pas d’excuses s’il a un rapport non protégé” et “respecte sa femme”, précise l’encart qui vise à transformer les stérétotypes sur la virilité.
L’image positive associée au séducteur, n’ayant peur de rien et grand consommateur d’alcool est particulièrement nocive en Afrique du Sud, pays le plus touché au monde par le sida, avec 5,7 millions de séropositifs sur 48 millions d’habitants.
La campagne de communication, baptisée “Frère pour la vie”, s’y attaque avec un double objectif: convaincre les hommes — qui gardent la main haute dans le choix des pratiques sexuelles — d’utiliser des préservatifs, mais aussi améliorer leur accès aux traitements.
Jusqu’à présent, l’essentiel des programmes sur le sida se sont construits autour des centres de soins, qui sont principalement utilisés par les femmes.
“C’est difficile pour un homme d’aller dans une clinique et de reconnaître sa vulnérabilité”, explique l’un des promoteurs de la campagne, Dean Peacock. En conséquence, trois quarts des tests de dépistage concernent des femmes et deux tiers des traitements antirétroviraux vont à des séropositives.
De plus, les hommes se mettent sous traitement plus tard, quand leur système immunitaire est déjà très affaibli.
“Rien n’est conçu pour les hommes. On se devait de faire quelque chose pour les atteindre”, commente Mzi Lwana, coordinateur d’un projet “hommes et sida” mené par l’Unité de recherche sur la santé reproductive et le VIH (RHRU) de l’université de Witwatersrand.
Depuis février, le RHRU organise trois fois par semaine, dans une clinique du centre de Johannesburg, des consultations dédiées aux hommes. Les patients peuvent prendre rendez-vous avec un infirmier, un assistant social ou un éducateur. Tous de sexe masculin.
“Je suis plus à l’aise avec un homme, j’ai l’impression de pouvoir parler librement”, confirme Victor Makhitsa, reçu dans le cabinet de Luthando Qobo pour un problème intime.
Face à lui, l’infirmier ne porte pas de blouse pour “conserver une dimension amicale”, encourage les confidences et prodigue ses conseils en zoulou si le patient le souhaite.
“La plupart viennent pour des maladies sexuellement transmissibles, des pertes de libido, des problèmes de fertilité ou de sida. Il faut pouvoir aller au coeur du problème”, explique-t-il.
Le RHRU organise aussi des campagnes de sensibilisation autour de matchs de foot, dans les bars, dans les logements collectifs pour hommes ou auprès des chauffeurs de mini-taxis collectifs, réputés pour leur machisme.
Une autre action a le vent en poupe: la circoncision qui, selon plusieurs études, divise au moins par deux les risques de contamination par le VIH pour les hommes.
Un grand projet est en cours dans le township de Orange Farm au sud de Johannesburg. “Il suscite beaucoup d’enthousiasme parce qu’il permet aussi d’attirer les hommes dans le système de soins”, souligne Lauren Jankelowitz du RHRU.
Le ministère de la Santé, qui a reconnu en 2007 le besoin d’un effort ciblé sur les hommes, soutient ces initiatives, mais n’a pas encore mis en place de programme national cohérent, regrettent les acteurs du secteur.
“Les autorités commencent tout juste à changer de politique”, selon Lauren Jankelowitz. “Mais les campagnes sont encore associatives, pas gouvernementales.” 

AFP
Vendredi 6 Novembre 2009

Lu 193 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs