Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'Afrique devra faire face à un vieillissement rapide de sa population




L'Afrique devra faire face à un  vieillissement rapide de sa population
Même si sa population est encore jeune, l'Afrique n'échappera pas au vieillissement, un processus qui devrait être bien plus rapide que dans les pays développés et posera des défis en matière de prise en charge des personnes âgées, explique une étude parue jeudi.
Aujourd'hui les moins de 15 ans représentent 40% de la population en Afrique (actuellement d'un milliard environ), contre 27% dans l'ensemble de la population mondiale, souligne cette étude de l'Institut national d'études démographiques (Ined), un institut de recherche français.
Mais dans les quarante prochaines années, la proportion des 60 ans et plus (5,5% en 2010) devrait "doubler dans de nombreux pays africains si la fécondité continue de baisser au rythme actuel", poursuit cette étude. L'Ined relève que "ce vieillissement démographique se produira à une vitesse beaucoup plus rapide que cela n'a été le cas dans les pays développés".
Ainsi, le nombre de personnes âgées devrait quadrupler en Afrique entre 2010 et 2050, passant de 56 à 215 millions, soit presque autant qu'en Europe (241 millions). Le continent africain compterait alors 22,5 millions de personnes de 80 ans et plus, soit cinq fois plus qu'aujourd'hui.
Parmi les défis que posera ce vieillissement, l'Ined relève que "moins de 10% des personnes âgées peuvent prétendre à une pension de retraite" en Afrique, essentiellement des fonctionnaires ou employés de grandes entreprises privées.
L'Institut souligne aussi qu'en matière de santé, "la grande majorité des personnes âgées ne dispose pas de couverture sociale".
Enfin, alors que les vieux Africains peuvent en général compter sur le "réseau familial" pour subvenir à leurs besoins, l'étude note que "des changements sociaux et économiques majeurs s'observent à l'échelle du continent et ont des répercussions sur les organisations familiales".
Notamment, "les jeunes générations cherchent partout à s'émanciper de la tutelle des aînés" et "le statut social" des personnes âgées est "moins valorisé qu'auparavant".
"La diminution des ressources foncières" conduit aussi à partir en ville, où "les logements sont plus petits et plus chers". Augmentation du travail des femmes, diplômes, études, changent aussi les modes de vie et contribuent à affaiblir le soutien aux aînés. Il est donc nécessaire pour les pays africains de mener "des politiques publiques adaptées" (protection sociale, retraite...) pour faire face au défi du vieillissement, conclut l'Ined.
 
 

Libé
Mercredi 29 Août 2012

Lu 193 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs