Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'Adrar des Ifoghas refuge de jihadistes radicaux résiste à l’assaut franco-tchadien


Le chef d’AQMI Abdelhamid Abou Zeid aurait été tué dans un bombardement aérien



L'Adrar des Ifoghas refuge de jihadistes radicaux résiste à l’assaut franco-tchadien
Les soldats français et tchadiens affrontent désormais dans le nord-est du Mali des jihadistes déterminés qui refusent de céder du terrain dans cette zone montagneuse où se sont réfugiés les éléments les plus radicaux, selon le gouvernement et l'état-major des armées français.
Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a prévenu mercredi devant les députés que les opérations "se poursuivront pendant plusieurs semaines, le temps nécessaire pour mettre ces groupes hors d'état de nuire". Elles se déroulent principalement "dans le Timétrine et la zone montagneuse de l'Adrar des Ifoghas, où se sont repliés des combattants d'Aqmi et d'Ansar Eddine, et dans la région de Gao" (Nord), où subsistent notamment des éléments du Mujao, a-t-il indiqué lors du débat sur l'avenir et le développement du Mali. Sur le terrain, 1.200 soldats français épaulés par 800 tchadiens poursuivent la traque des jihadistes et de leurs chefs dans la région de Tessalit, l'ultime localité reprise le 8 février aux islamistes, dans l'extrême nord-est du Mali. Les soldats maliens à leur côté leur servent essentiellement de guides. La principale zone d'opération se situe, selon l'état-major français, au sud-est de Tessalit, dans le massif des Ifoghas. Une zone encore vaste, d'environ 25 km sur 25 km, que les combattants islamistes tentent de tenir à tout prix. Un relief de gorges et de vallées encaissées, où l'ennemi peut se dissimuler.
Abdelhamid Abou Zeid, l'un des principaux chefs d'Aqmi, figurerait parmi 40 autres islamistes tués au Nord du Mali, a affirmé jeudi une télévision privée algérienne, Ennahar TV.
Le 22 février, 25 soldats tchadiens étaient tués lors d'un accrochage qui a fait, selon le bilan officiel tchadien, 93 morts dans le camp des islamistes.
Des armes légères - fusils-mitrailleurs, mitrailleuses lourdes -, ont été saisies par les soldats français et des éléments des forces spéciales.
Des stocks de vivres et de munitions que les islamistes avaient aménagés pour tenir le terrain sont régulièrement détruits par les avions et les hélicoptères de combat, selon les responsables français.

Libé
Vendredi 1 Mars 2013

Lu 847 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs