Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'AMDH dresse les mêmes constats que les ONG internationales : Le Maroc invité à mieux respecter les droits humains




L'AMDH dresse les mêmes constats que les ONG internationales : Le Maroc invité à mieux  respecter les droits humains
Un rapport de plus. Celui-ci émane de l'Association marocaine des droits humains (AMDH), et constitue une sorte de bilan sur la situation des violations des droits humains au Maroc. Beaucoup plus de mauvais que de bons points. Des conclusions qui convergent avec celles de bon nombre de rapports internationaux comme celui de « Human rights watch » ou du «Forum économique». Ils s'accordent tous à déclarer que le Maroc doit mieux faire. Une nouvelle Constitution a été promulguée et des conventions internationales ont été ratifiées et tendent toutes vers la préservation des droits des citoyens. Seule manque une réelle politique de l'Etat afin de tenir ses engagements.  Ce rapport met le doigt sur tous les maux qui gangrènent la société et ternissent l'image du pays. En tenir compte tracerait le chemin vers  plus de démocratie.  
Le Royaume s'est certes doté d'une nouvelle Constitution en laquelle beaucoup d'espoirs ont été placés. D'après le rapport et quoique certains droits et libertés aient été consacrés tels que l'incrimination de la torture et de la détention arbitraire, force est de constater que l'effet desdits droits et libertés reste très restreint en l'absence de garanties constitutionnelles. Idem pour l'égalité entre l'homme et la femme qui est loin d'être effective du fait que ladite égalité doit respecter les particularités illustrées  dans les « dispositions de la Constitution, des constantes et des lois du Royaume ». Cette situation « handicapante» de la femme ressort sur le plan international puisque des organismes comme le Forum économique classent le Maroc parmi les pays les plus inégalitaires compte tenu de l'approche genre selon un ensemble d'indicateurs tels que les difficultés que rencontrent les femmes pour accéder au marché du travail (69% parmi les femmes pour 44% des hommes). 
Et pourtant, le Maroc «hésite à promulguer la loi relative à la protection des femmes contre la violence et s’attarde à imposer le respect des autres lois en dépit de leurs faiblesses (avec en tête le Code de la famille) et à honorer ses promesses pour la levée des réserves sur la C.E.D.A.W. au lieu de les remplacer par des déclarations interprétatives, ce qui constitue un manquement de l’Etat à honorer son engagement pour lever les réserves suscitées », n’a pas manqué d’indiquer le rapport.
Au niveau des droits civils et politiques, l’AMDH fait état de   bon nombre de violations portant atteinte à la vie des citoyens aussi bien dans les lieux publics, les centres hospitaliers ou les locaux de la police. L’association s’insurge contre l’impunité des responsables de toutes ces exactions les plaçant au-dessus de toute poursuite. Quant aux prisons, elles souffrent d’un grand problème de promiscuité qui rend inhumaines les conditions de vie des prisonniers. Un monde où le maître mot est l’approche sécuritaire en dehors du respect minimum des droits humains. Ce qui a entraîné l’augmentation de différentes formes de protestations individuelles et collectives, l’observation de nombreuses grèves de la faim par les détenus et particulièrement ceux de ladite Salafiyya Jihadiyya, comme l’a rappelé le rapport. Dans le même volet, l’AMDH évoque les cas de disparitions forcées et d’enlèvements.  Outre les cas en suspens cités par l’Instance équité et réconciliation (Mehdi Ben Barka, Houcine El Manouzi, Abdelhak Rouissi, Abdelatif Zeroual, Ouazzane Belkacem), l’AMDH a enregistré environ 42 nouveaux cas d’enlèvements en 2010-2011.
Nul besoin de rappeler que s’il y a un domaine où les libertés publiques sont restreintes, c’est bien celui de la presse. A ce propos, l’AMDH déplore que l’Etat marocain «continue à restreindre le droit d’accès à l’information, à faire subir des procès inéquitables à des journalistes et à prononcer des jugements injustes à leur encontre ». Qu’en est-il de la justice ? La même source pointe du doigt les appareils exécutifs de l’Etat qui n’hésitent pas  à se servir du système judiciaire pour l’amener à prononcer des jugements injustes dans des procès inéquitables  notamment ceux où ont été poursuivies les victimes de la répression de la liberté d’opinion et d’expression, de la liberté de la presse, des syndicalistes, des activistes politiques, des participants aux protestations sociales, des défenseurs des droits humains dont de nombreux membres de l’A.M.D.H., et les détenus en rapport avec les dossiers de la lutte anti-terroriste. 
Dans un autre registre, même le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) n’a pas échappé aux critiques acerbes du l’AMDH qui déplore le fait que cette institution ne dispose ni de l’autonomie ni encore moins des prérogatives à même de lui permettre la mise en œuvre  de ses recommandations. De ce fait et vu sous ce angle,  le C.N.D.H. ne répond pas, selon l’AMDH, aux critères des institutions nationales chargées de la protection et de la promotion des droits humains tels que prévus par les  « les Principes de Paris »
A travers ce sombre tableau filtre quand même une embellie qui vient des instruments internationaux ratifiés par le Maroc. Un bon point accordé par l’AMDH. Le rapport rappelle ainsi que le Maroc a dernièrement ratifié le Protocole facultatif à la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, le Protocole facultatif à la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes. Par ailleurs, le gouvernement a annoncé son intention de ratifier la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées.
 Toutefois, le rapport regrette le fait que le Maroc tergiverse encore quant à la ratification de nombreuses chartes et conventions internationales sur les droits humains.  Il s’agit en l’occurrence de  la Convention de Rome sur la Cour pénale internationale, les deux protocoles relatifs au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, le Protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels et la levée de toutes les réserves et des déclarations interprétatives des conventions ratifiées. Il n’a pas non plus ratifié un bon nombre de conventions de l’Organisation internationale du travail avec en tête la Convention n° 87 sur la liberté syndicale.


Nezha Mounir
Vendredi 20 Juillet 2012

Lu 960 fois


1.Posté par mohcine le 20/07/2012 12:05
il est dommage que vous accordiez cette crédibilité à l'AMDH .. une association peuplée de charlots et qui préfère dénigrer le Maroc, prendre des positions systématiquement contre des accusés pour faire sa publicité

2.Posté par orlandrf le 20/07/2012 18:10
pas étonnant quand on lit Mr Mohcine... traiter l'AMDH de charlots est un déshonneur pour lui! Sans doute que le journaliste qui a dit la vérité et emprisonné avait mérité les traitements dont il a fait l'objet... Et la presse et les femmes... Pour vous quelqu'un a dit "heureux les pauvres d'esprit"

3.Posté par kola1955 de ouled settout saqya el Hamra de Zaio le 21/07/2012 08:07
Au Maroc, il n'y a jamais eu de droit humain; car dès que vous parlez du droit humain on vous accuse d'etre anti marocain. Pou rqu'un pays progresse, il faut l'autocritique et malheusement dans la culture marocaine cela n'existe pas. Lorsqu'on aime son pays réellement, il faut critiquer ce qui est négatif pour le rendre positif.
Au Maroc, la progression du pays depuis l'indépendance est trés négative par rapport à d'autres pays, tel que la Corée du Sud qui dans les années 70 subissait la famine et qui est aujourd'hui à la pointe dans tous les domaines.
Moi je compare le Maroc avec les meilleurs pas avec les plus faibles comme dans le sport, cher aux Marocains.

4.Posté par kola1955 de ouled settout saqya el Hamra de Zaio le 21/07/2012 10:42
Puisque Mr Mohcine, ne sait pas qui a dit " heureux les pauvres d'esprit" , c'est Jésus de Nazareth .
Le droit humain n'a pas de visa pour entrer au Maroc.
Autre chose, tous les gouvernements du monde demandent le transfert des technologies sauf le Maroc.
Pourquoi? je pose cette question et j'attends la réponse.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs