Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’AIEA à Téhéran : Négociations sur le nucléaire iranien




L’AIEA à Téhéran : Négociations sur le nucléaire iranien
Une équipe de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) est arrivée jeudi à Téhéran pour un nouveau round de discussions sur le programme nucléaire iranien, avec l’espoir d’accéder à un site sensible après plusieurs mois de vaines négociations.
La délégation menée par le Belge Herman Nackaerts devait rencontrer le représentant iranien à l’AIEA, Ali Asghar Soltanieh, au siège de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique, selon l’agence de presse officielle Isna.
Lors de cette visite d’une journée, les inspecteurs onusiens enquêtant sur la finalité du programme nucléaire controversé de l’Iran, soupçonné de vouloir se doter de l’arme atomique, souhaitent notamment avoir accès à un site suspect sur la base militaire de Parchin, près de Téhéran.
L’AIEA soupçonne l’Iran d’y avoir procédé à des tests de détonateurs susceptibles d’être utilisés pour déclencher une arme atomique, et tente sans succès depuis le début de l’année de se rendre sur place pour l’inspecter.
«Si l’Iran nous garantissait l’accès, nous saluerions cette chance et serions prêts à y aller», a déclaré mercredi M. Nackaerts avant son départ pour Téhéran. Selon un diplomate, «deux experts techniques», en mesure de procéder à des vérifications à Parchin s’ils y sont invités, sont parmi les sept membres de la délégation.
Isna a cependant indiqué jeudi matin qu’»aucune visite ou inspection de site nucléaire ou d’autres sites» n’avait été prévue pour l’instant.
Plus largement, l’agence onusienne tente de conclure avec Téhéran un accord, négocié depuis début 2012, sur une «approche structurée» donnant à ses inspecteurs un accès plus large à des sites, individus ou documents, susceptibles de lever les doutes sur l’existence d’un objectif militaire caché derrière le programme nucléaire civil iranien.
Plusieurs réunions, et même le voyage éclair à Téhéran en mai du directeur général de l’AIEA Yukiya Amano, se sont soldés par des échecs.
Le régime iranien, qui jure ne pas chercher à se doter de l’arme atomique, a indiqué pour sa part que les discussions de jeudi seraient centrées «sur les droits nucléaires de l’Iran», notamment l’enrichissement d’uranium, condamné par le Conseil de sécurité de l’ONU.

Libé
Vendredi 14 Décembre 2012

Lu 148 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs