Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’ACPAV organise une journée d’étude : Un secteur en dérive chargé de tous les maux




L’ACPAV organise une journée d’étude : Un secteur en dérive chargé de tous les maux
Rendez-vous est pris pour le 8 novembre 2012, date de la journée d’étude qui sera organisée par l’Association  des créateurs et des professionnels de l’audio-visuel (ACPAV – Maroc). L’occasion pour les professionnels de poursuivre leur débat sur l’état des lieux du secteur qui souffre de bon nombre de dysfonctionnements.  L’ACPAV tend ainsi à créer un climat de dialogue entre les professionnels et les responsables. L’une de ses priorités est d’établir  des liens avec l’ensemble des médias et des artistes de tous bords pour donner une réelle impulsion au secteur audiovisuel marocain.
Pour rappel, une première rencontre a été organisée le 11 octobre dernier.   Scénaristes, poètes et journalistes venus de tous  horizons ont ainsi pu faire part de leurs doléances et réfléchir sur les solutions propres à améliorer  les conditions d’exercice de leurs métiers respectifs.
Des organismes à caractère professionnel et syndical, œuvrant dans le secteur audiovisuel, ont également pris part au débat. D’emblée, ils ont dénoncé la médiocrité dont souffre le secteur. Celle-ci est le résultat de la dévalorisation  du travail de l’artiste et  de la marginalisation des véritables compétences en la matière. Ainsi, il devient urgent  de “mettre de l’ordre” et de réglementer les différentes professions intervenant dans le secteur audiovisuel. Mais force est de constater à l’heure actuelle, que l’opportunisme et le non-respect de la déontologie font rage,  au  mépris des attentes du téléspectateur et des exigences du concept de «Service public » en matière médiatique. L’accent a été mis sur la nécessité de traduire dans les faits le contenu de la Constitution à  ce sujet et de la prise en compte de l’action associative en tant que levier pour promouvoir la quantité de la production audiovisuelle et faire prévaloir les valeurs liées à la citoyenneté authentique qui reflète les espoirs  et les préoccupations de tout un chacun. Les intervenants se sont penchés par la suite sur la problématique juridique afin de créer un climat propice à une concurrence équitable et saine. La préservation des droits d’auteur  et ayants droit n’était pas en reste. Appel a été fait pour qu’intervienne une réforme de ce grand chantier.
Quid de la création artistique et audiovisuelle ? Lutter contre les pseudo-producteurs qui infestent le secteur a été  réclamé avec force par de nombreuses voix qui ont aussi dénoncé le monopole et lancé un appel pour la libéralisation du secteur  et le respect de la dignité et la liberté de l’artiste. L’occasion pour des artistes et notamment des comédiens de prendre la parole afin  de mettre en avant leurs souffrances.  Certains producteurs foulent leurs droits les plus élémentaires en totale ignorance des termes du contrat. A ce niveau, l’intervention des associations est vivement sollicitée afin de  défendre  les droits des personnes lésées.

M.N
Jeudi 25 Octobre 2012

Lu 256 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs