Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L.A. Reid : Michael Jackson, un être froid comme la glace




L.A. Reid : Michael Jackson, un être froid comme la glace
Sing to me. « Chante pour moi », en version française. C’est le titre de ses mémoires pour le moins dissonantes. S’il n’était pas un des producteurs de musique les plus prolifiques de ces trente dernières années et l’un des grands pontes de Sony Music, on le soupçonnerait presque de profaner le mythe. C’est dire combien les passages de L.A. Reid sur Michael Jackson, dont il supervisa une partie de la carrière, nous épargnent l’habituel concert de louanges sur le chanteur certes génial, mais bien plus obscur que ne laissait transparaître son visage pâle et modelé selon les traits du Peter Pan de Disney…
 « Un être froid comme la glace ». Le souvenir de Reid n’est pas franchement celui d’un homme-enfant s’efforçant de faire tourner le monde aussi joliment que ses manèges à Neverland. Pour l’ex-président d’Epic Records, les barbes à papa ont un goût sacrément amer.
Travaillant avec le compositeur Babyface sur un album de Jermaine Jackson, frère aîné de Michael, dans les années quatre-vingt dix, Reid aurait été expressément convoqué par le management du King of Pop. Excité à l’idée d’œuvrer au service de Michael, le producteur aurait sauté, toute affaire cessante, dans l’hélicoptère appointé pour le ramener à Neverland, dans la banlieue de L.A. Là-bas, signature d’un contrat de confidentialité. Jusque-là rien d’anormal de la part d’un artiste aussi intouchable que Michael Jackson à l’époque.
C’est au terme d’une visite guidée de Neverland, en retrouvant Michael dans une salle de projection de l’immense propriété que L.A. Reid aurait commencé à déchanter. Dans un accès de narcissisme, Bambi visionne alors un concert de James Brown datant de 1983, au cours duquel il fut invité sur scène, peu avant que son grand rival Prince ne rejoigne à son tour l’interprète de I feel good. L’apparition de Michael déchaîne la foule. Celle du "Nain Pourpre", entravé par un perfecto lamé or et sa guitare, vire au fiasco. Une décennie après les faits, Jackson ne peut s’empêcher de se moquer de Prince, cruel et revanchard. Le malaise de Reid se prolonge quand l’interprète de Bad décide de se faire projeter une scène de Under the Cherry Moon, premier film pop-sentimental de son rival, pour s’esclaffer encore plus fort.

Samedi 6 Février 2016

Lu 135 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs