Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

"Khatibi, le jour d'après", un recueil de dédicaces et de témoignages sur l'intellectuel : Abdelkébir Khatibi, l'inclassable maître à pensée




"Khatibi, le jour d'après", un recueil de dédicaces et de témoignages sur l'intellectuel : Abdelkébir Khatibi, l'inclassable maître à pensée
Il nous a quittés le 16 mars 2009, mais son œuvre restera à tout jamais tatouée dans les mémoires. Feu Abdelkébir Khatibi a été, tour à tour poète, romancier et essayiste à un penseur, somme toute.
Très diverse, la création de Khatibi échappe aux classifications et à leur côté forcément réducteur. "Ma spécialité c'est le langage et le langage c'est la grande question de l'homme. Ma spécialité c'est d'explorer les lieux de langage qui me révèlent soit des questions, soit des structures, pas simplement de pensés, mais de société de pouvoir à je ne veux donner aucun nom à cette exploration ", rétorquait-il à ceux qui voulaient le confiner dans un genre particulier.
Comme beaucoup d'écrivains maghrébins de la période postcoloniale, Abdelkébir Khatibi a d'emblée choisi la langue française pour s'exprimer, expliquer son pays, véhiculer à l'imaginaire occidental une nouvelle image de l'Orient.
Abdelkébir Khatibi a vu le jour à El Jadida en 1938 au sein d'une famille relativement modeste. De mère analphabète mais porteuse d'une culture orale, populaire féconde et d'un père dont le savoir théologique renvoie à la langue arabe classique, il a tenté de renaître par lui-même et de s'auto-engendrer à travers un troisième véhicule: la langue française.
(…) A l'âge de dix-neuf, il se met alors à entretenir un dialogue assez profond avec les textes de Mallarmé et s'en va explorer la poésie française. Il s'enfonce dans les textes de Baudelaire, Rimbaud et autres grands classiques de la littérature française, et y trouve un tel plaisir qu'il adopte la langue de Molière comme "instrument de travail".
En 1958, le baccalauréat en poche, Khatibi fait ses malles pour aller à Paris, plus précisément à la Sorbonne où il entame des études de sociologie. A son retour au Maroc, après avoir soutenu une thèse pionnière sur le roman maghrébin, Khatibi mène de front une intense activité intellectuelle. Sur le plan politique, il participe à la création du Syndicat national de l'enseignement supérieur.
Mais il revient vite -et définitivement- vers son domaine de prédilection: la littérature. En 1971, il publie à l'âge de 33 ans son premier roman, probablement le plus célèbre: La mémoire tatouée, autobiographie d'un décolonisé. Un premier opus, fruit d'une vingtaine d'années de lectures silencieuses."(…)
Pour Khatibi, l'acte d'écrire n'était pas fortuit. Cet acte exigeait du temps pour la méditation, la lecture, les voyages et les rencontres. Ce que l'on dit ou s'efforce de dire doit être enraciné dans la vie (...)
S'interrogeant sur son appartenance à la culture musulmane, il s'opposait à toute forme de traditionalisme, sans renier la tradition culturelle dont il relève. "Le traditionalisme, écrit-il en 1988, n'est pas la tradition: il est son oubli et en tant qu'oubli, il fixe l'ontologie à ce dogme : primauté d'un Etant (Dieu) immuable et éternel, invisible et absent. (...) Le traditionalisme se nourrit de la haine de la vie. Se dévorant lui-même et de siècle en siècle, il se renverse dans le monstrueux et la démonie".
Tout en étant fortement influencé par Nietzsche, chantre de la post-modernité, Khatibi a consacré une grande partie de ses travaux à la redécouverte du patrimoine culturel marocain et arabo-islamique. Il a ainsi beaucoup écrit sur l'art: Art calligraphique de l'islam, Gallimard, 2001, Du signe à l'image, Le tapis marocain, Lak international, 2001, Le corps oriental, Hazan, 2002àtout comme il a influencé bon nombre d'artistes, dont les peintres Bouchta Hayani et Aissa Ikken. Ses textes sur l'art restent encore méconnus, peut-être parce que le côté essayiste de Khatibi a fini par faire de l'ombre à ses autres écrits.
Philosophiques, profonds, parfois même acerbes, ses écrits sont tout sauf "clairs". La lecture de Khatibi est exigeante. Il s'agit, dit-on entre intellectuels, d'un maître à pensée dont l'œuvre s'adresse aux initiés.
En guise d'hommage posthume à cette grande figure, la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc a organisé dans le cadre de ses rencontres mensuelles "vivement vendredi" une rencontre consacrée à la présentation d'une nouvelle parution à la mémoire du défunt.
"Khatibi, le jour d'après" est un recueil de dédicaces et de témoignage de ceux qui ont connu l'intellectuel. Vingt-deux personnalités de tous bords, dont les emblématiques Abdelfettah Kilitou et Thahr Benjelloune, ont répondu à l'appel de Assiya Lahbib qui a dirigé la publication. L'occasion de revenir sur l'œuvre et le parcours d'un homme hors paire.

MAP
Vendredi 22 Octobre 2010

Lu 403 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs