Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Khalid Selli : La région de l'Oriental est dotée de paysages qui lui permettent de servir de plateau de tournage exceptionnel




«Cap des trois fourches», à 25km au nord de Nador, un vaste promontoire montagneux de l’Afrique du Nord qui s’avance d’une vingtaine de kilomètres dans la mer Méditerranée.
«Cap des trois fourches», à 25km au nord de Nador, un vaste promontoire montagneux de l’Afrique du Nord qui s’avance d’une vingtaine de kilomètres dans la mer Méditerranée.
Les paysages naturels de la région orientale sont un atout majeur lui permettant de servir de "plateau" au tournage d'une large palette d'œuvres cinématographiques, selon le réalisateur marocain Khalid Selli.
De nombreux cinéastes issus de l'Oriental envisagent d'y réaliser des projets cinématographiques, en mettant à profit les richesses dont jouit cette  région en termes de paysages naturels pouvant servir de lieux de tournage, a confié Khalid Selli dans un entretien à la MAP. Les jeunes de la région passionnés de cinéma attendent avec impatience l'inauguration d'un institut supérieur dédié au septième art avec des normes  internationales, a-t-il assuré, soutenant que cette structure devrait profiter aux élèves désireux de poursuivre après le baccalauréat une formation académique en la matière. Il a insisté sur l'urgence de doter la ville d'Oujda d'une salle de cinéma moderne, à l'instar d'autres villes du Maroc, d'autant plus que cette cité dispose déjà d'établissements culturels de grande qualité, comme le Théâtre Mohammed VI qui a remporté de nombreux prix. Comme nombre de ses pairs, Selli a fait ses armes dans les clubs de cinéma de l'Oriental où il rencontrait des intellectuels et des cinéphiles pour regarder, analyser et débattre des films.
La ville d'Oujda accueille, en avril de chaque année, le Festival du court-métrage maghrébin à l'initiative de l'Association Ciné Maroc présidée par Khalid Selli. Cette manifestation contribue à la création d'une base cinématographique solide dans l'Oriental, relève M. Selli, ajoutant que cet événement constitue un pari culturel majeur du fait qu'il a ramené au bercail nombre de cinéastes ayant quitté Oujda. Ce festival a incité les jeunes de la région à s'orienter vers les métiers du cinéma et à s'inscrire dans des instituts de formation spécialisée au Maroc et à l'étranger, a-t-il conclu.

 

Lundi 4 Janvier 2016

Lu 626 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs