Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Kerry à Genève pour faciliter les négociations avec l’Iran

Optimisme prudent des Occidentaux




Kerry à Genève pour faciliter les négociations avec l’Iran
Le secrétaire d’Etat américain John Kerry devait rejoindre Genève vendredi pour participer aux négociations qui visent à sceller la première étape d’un accord sur le programme nucléaire iranien.
En tournée au Moyen-Orient, John Kerry devait s’envoler pour la Suisse à l’invitation de la haute représentante de l’UE pour la politique étrangère Catherine Ashton afin de contribuer aux «efforts visant à aplanir les divergences», dans les négociations, a expliqué un responsable du département d’Etat. Des responsables iraniens se sont dits jeudi prudemment optimistes sur les perspectives d’un accord, même si rien n’a été finalisé. Un porte-parole de la chef de la diplomatie de l’Union européenne, Catherine Ashton, qui coordonne les négociations au nom des grandes puissances, a qualifié jeudi les discussions en cours de «bonnes».
Européens et Américains se sont félicités du changement de ton à Téhéran depuis l’élection du président Hassan Rohani en juin, mais ils ont appelé les Iraniens à traduire leurs paroles en actes et à prendre des mesures concrètes pour démontrer que leur programme nucléaire n’a pas d’autre visée que celle pacifique, comme l’affirme l’Iran. Un tel compromis permettrait à l’Iran et aux P5+1 de gagner du temps pour négocier un accord diplomatique plus large en diminuant le risque d’une nouvelle guerre au Proche-Orient, Israël ayant menacé de bombarder les installations nucléaires iraniennes avant que celles-ci ne permettent à la République islamique de se doter de la bombe atomique.
Les grandes puissances - Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie - et l’Allemagne proposent à Téhéran de cesser de produire de l’uranium hautement enrichi et de réduire ses stocks existants et ses moyens de production.
L’Iran demande en contrepartie un allègement des sanctions internationales qui ont fait chuter ses revenus pétroliers de 60% et diminué de moitié la valeur du rial iranien. Signe de la situation critique de l’économie iranienne, Téhéran a offert de livrer gratuitement le pétrole brut acheté par ses clients indiens, disent des sources au fait du dossier.
L’Inde est un des derniers pays à se fournir en pétrole auprès de l’Iran et cette mesure permettrait aux pétroliers locaux d’économiser entre 70 cents et un dollar par baril, a précisé une des sources.
L’Iran cesserait en retour l’enrichissement de l’uranium à 20% et convertirait son stock existant en carburant compatible pour les réacteurs civils, sous peine de se voir imposer de nouvelles sanctions pétrolières - déjà votées par la Chambre des représentants américaine et dont l’examen en commission au Sénat débutera après la fin de la réunion de Genève.
Les diplomates occidentaux interrogés par Reuters n’ont pas voulu donner plus de précisions pour ne pas risquer de provoquer des réactions enflammées à Téhéran, où les conservateurs critiquent par avance toute «capitulation», comme à Washington, où les faucons pro-israéliens sont opposés à tout allègement prématuré des sanctions.

Libé
Samedi 9 Novembre 2013

Lu 343 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs