Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Kenny Rogers et Marcel Khalifé charmés par la richesse musicale marocaine

Festival "Timitar, signes et cultures"




Kenny Rogers et Marcel Khalifé charmés par la richesse musicale marocaine
Le célèbre chanteur américain, Kenny Rogers, roi incontesté du country, a exprimé son admiration pour la musique amazighe et les différentes sonorités dont elle est porteuse, faisant part de son intérêt d'en emprunter quelques airs dans ses futures chansons.
"Je crois que ce serait un don énorme si mes enfants pourraient grandir avec moi pour apprécier quelques-unes de mes inductions", a affirmé Rogers lors d'un point de presse peu avant sa performance à l'ouverture, mercredi soir à Agadir, de la 10ème édition du Festival "Timitar, signes et cultures", qui se poursuit jusqu'au 29 courant.
Le chanteur de "The Gambler", entre autres tubes ayant fait sa longévité artistique sans commune mesure, a assuré qu'il se produisait, dans le cadre de Timitar, pour la première fois au Maroc et en Afrique et que "ce serait probablement ma dernière tournée internationale".
Après avoir enregistré plus de 65 albums, vendus à plus de 120 millions d'exemplaires à travers le monde, Rogers est une icône américaine de la même trempe que les Beatles, Elton John et Elvis Presley.
Par ailleurs, le célèbre chanteur libanais et grand spécialiste du luth oriental Marcel Khalifé a exprimé, mercredi soir à Agadir, son souhait de travailler sur le projet d'"une œuvre musicale marocaine" avec d'autres intervenants culturels, instances et festivals concernés, au vu du riche répertoire dont dispose le pays.
"J'ai besoin d'une aide marocaine pour que je puisse élaborer un projet cohérent. J'espère que quelqu'un pourra entendre ceci pour mettre en place le projet d'une œuvre musicale marocaine cohérente", a expliqué l'artiste libanais lors d'un point de presse à l'ouverture du Festival Timitar.
Marcel, qui a entamé cette rencontre avec un poème où il chante la beauté du Maroc, son ouverture et sa singularité, a assuré avoir succombé au charme de ce pays, en raison de "cette belle et attrayante diversité de la musique, de la poésie, des costumes et du mélange du patrimoine et du folklore" qui lui confèrent une mystérieuse alchimie où se fondent avec intelligence les dimensions andalouses, amazighes et africaines.
"Parfois, j'aimerais tant être Marocain pour pouvoir puiser plus dans ce patrimoine", a-t-il dit, évoquant le besoin pour lui de "prendre suffisamment de temps et d'espace pour que je puisse puiser davantage dans ce patrimoine riche et diversifié de telle sorte à construire une œuvre cohérente".

MAP
Vendredi 28 Juin 2013

Lu 568 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs