Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Kénitra : Report au 10 septembre du procès de treize étudiants




Kénitra : Report au 10 septembre du procès de treize étudiants
Les onze étudiants détenus à la prison civile de Kénitra resteront toujours en prison… même sans jugement. La Cour d’appel à Kénitra a décidé, lundi matin, de reporter leur procès en plus de deux étudiantes poursuivies en liberté provisoire. La prochaine audience aura lieu le 10 septembre, et personne ne sait si elle sera la dernière de ce feuilleton judiciaire mouvementé, ayant pour fond les événements survenus au sein de la cité universitaire de Kénitra les 27 et 28 mars dernier. L’on leur a refusé, sans argument valable, la liberté provisoire.
Ces étudiants sont accusés de saccage de biens publics, obstruction de la voie publique, tentative d’incendier des lieux publics, attroupement illégal et armé, coups et blessures contre les forces de l’ordre… Les treize activistes de l’UNEM ont été arrêtés avec 37 autres étudiants, suite à une violente intervention des forces de l’ordre contre les étudiants qui manifestaient pacifiquement pour des revendications légitimes, selon la défense, dont essentiellement le droit à une eau saine et potable.
La police judiciaire avait obligé, à l’époque, tous les étudiants à signer des procès-verbaux, établis dans des conditions illégales, selon la défense.
Lors d’un point de presse, la défense des mis en cause a fait savoir que les étudiants ont subi des violences physiques sur plusieurs parties de leurs corps. Un médecin leur avait délivré des certificats d’incapacité allant de quinze à vingt jours. «Le nombre de jours n’est pas aussi intéressant que le fait lui-même avéré par ces certificats, à savoir que les étudiants ont été tabassés par les forces de police après leur arrestation, ce qui est une violation grave du droit de tout détenu», affirme leur avocat, Mohamed Haddach.
La police indique, selon l’agence officielle MAP, que «les étudiants avaient occupé les locaux administratifs et l'infirmerie de la cité, qu'ils ont saccagés après avoir chassé les vigiles, ce qui a nécessité l'intervention des forces de l'ordre». Les étudiants ont filmé des éléments de police en train de forcer un passage à la cité en utilisant un grand bulldozer et de saccager tout sur leur passage (portes, tables, lits, chaises…). L’un des étudiants (A-K) avait même été transporté à l’hôpital dans un état grave suite à cette violente intervention, «injustifiée», selon la défense.

Mustapha Elouizi
Jeudi 30 Août 2012

Lu 848 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs