Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Kénitra : Hommage à Mohamed Achaari




Kénitra : Hommage à Mohamed Achaari
Les lecteurs comme les critiques sont unanimes à souligner la haute valeur littéraire du dernier roman de Mohamed Achaari “Al Quaouss Wa Al Faracha” (L’arc et le papillon). Cela s’est confirmé encore une fois, samedi soir à Kénitra. La “Fondation Mohamed El Boukili création et communication” a rendu un vibrant hommage à celui qui a réussi à s’exprimer sous différents styles d’écriture : journaliste, chroniqueur, éditorialiste, poète et romancier.
En présence d’une pléiade d’hommes de lettres, de l’art et du théâtre, cette cérémonie a permis de revenir sur ses écrits journalistiques d’«Ayna Al aâkl » sur les colonnes d’Al Ittihad Al Ishtiraki, ses écrits poétiques et ses romans. L’on s’est aussi rappelé non sans fierté la période de sa présidence de l’Union des écrivains du Maroc (UEM) et même de celle où il a assuré le poste de ministre de la Culture. Mohamed Achaari a toujours su agir avec finesse, souplesse et efficacité. L’artiste, le militant, le romancier au grand souffle littéraire se confondent  et expriment une seule conception : l’engagement.
Et ce n’est pas Mohamed Boukili qui dira le contraire, puisque d’emblée, il a souligné à l’occasion que cet hommage est un signe de gratitude envers une personnalité éclectique et créative qui se distingue par un parcours  exceptionnel. Toutes les interventions données par les intellectuels, hommes de lettres et amis de l’écrivain ont souligné la pertinence de ce choix, étant donné la valeur littéraire de Mohamed Achaari, notamment sa dernière parution, aux éditions du Centre culturel arabe.
Saluant les initiateurs de cette rencontre, l’hôte principal de cette soirée littéraire s’est prononcé sur son dernier roman, qui, selon lui, reste une invitation à revoir notre conception de l’échec.
Celui-ci est considéré comme une composante de la vie et ne doit pas tuer en nous l’espoir et l’optimisme. Ce n’est point un écrit sociologique, son œuvre constitue une pure fiction, inspirée certes de faits de la société.
Et pour toute son œuvre, son engagement et son apport à la culture marocaine, la Fondation, en la personne de Mohamed El Boukili a remis à son invité l’insigne de la Fondation. Pour rappel, Mohamed Achaari a publié plusieurs recueils de poésie et romans notamment “Sahil El Khail Al Jariha » (Le hennissement des chevaux blessés), Yaoum Saab (Une journée difficile) et Hikayat Sakhriya (Histoires drôles), des œuvres dont certaines ont été traduites en français, espagnol, russe et hollandais.

Rachida Alami
Jeudi 3 Février 2011

Lu 392 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs