Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Kendji Girac pousse la chansonnette à Mawazine

«J’écoute beaucoup la musique arabe, ce n’est pas loin du flamenco»




Plus de 130.000 spectateurs ont assisté
au concert du jeune chanteur français
Kendji Girac, nouvelle star de la
chanson gipsy pop, qui s'est produit
mardi soir à Rabat sur la scène
internationale OLM Souissi du
Festival Mawazine-rythmes du monde.



Faut-il encore présenter Kendji Girac ? Le petit prince de la gipsy pop a gravi les échelons de la gloire à vitesse grand V depuis deux ans, jusqu'à devenir l'une des plus grandes stars de la scène française en 2016. Kendji Girac se produisait mardi sur la scène internationale du prestigieux Festival Mawazine. Le petit prince de la gipsy pop a offert une prestation haute en couleur aux spectateurs présents. Il a, en effet, démontré toute l’étendue de son formidable talent en conviant le public à danser aux sons d’un style métissé qui a fait se côtoyer guitare gipsy et inspirations d’aujourd’hui: funk, rap-électro, latino, etc. Un véritable carton qui a réuni plus de 130.000 spectateurs.
Le jeune chanteur et guitariste français d'origine catalane relevait, lors d'une conférence de presse avant son concert, avoir "hâte" de monter sur scène pour partager sa musique "gipsy pop" pour la première fois avec le public de Mawazine. L'enthousiasme était réciproque tant le public chauffé à blanc s'impatientait de retrouver sa star préférée, qui est montée sur scène sous un tonnerre de cris et d'applaudissements. Dès que les premières notes de la chanson "Conmigo" ont retenti sur scène, les spectateurs n'ont pas pu se retenir, sautant dans tous les sens et répétant en chœur les paroles en français et en espagnol de ce morceau récompensé du titre de "Chanson française de l'année" lors de NRJ Music Awards 2015. Après cette entrée en matière très réussie, le très charismatique Kendji a enchaîné avec des chansons qui côtoient à merveille guitare gipsy et inspirations actuelles. Il a ainsi interprété en français avec des passages en espagnol des titres comme "Cool", "Andalouse", "Color Gitano", "Elle m'a aimé", "Sonrisa" ou encore "Tu Y yo" puisés dans ces deux premiers albums "Kendji" et "Ensemble", dont le premier a été écoulé à plus d' 1,3 million d’exemplaires et le deuxième est déjà certifié disque de Diamant. En Artiste polyvalent, Kendji a également gratifié la foule en délire de pas de danses flamenco et salsa, démontrant encore une fois toute l'étendue de son talent artistique.
Dans un entretien accordé à la MAP avant son concert, le jeune chanteur au succès fulgurant depuis son passage réussi au concours télévisé "The Voice" 2014, très regardé dans l’Hexagone et ailleurs, s’est dit «fier de pouvoir se produire à Mawazine qui est l’un des plus grands festivals du monde». Connu lors de l’émission pour avoir chanté les tubes d’autres artistes confirmés, il peut s’enorgueillir maintenant de pouvoir revendiquer son propre style et son identité musicale : la gipsy pop. "J’ai été pour longtemps Kendji de The Voice, maintenant c’est Kendji Girac. C’est l’objectif que je m’étais fixé avec mon équipe. Maintenant c’est bon, j’ai mon identité et j’ai mon propre style", s’est réjoui, l’artiste toujours fier de ses origines gitanes. "C’est de la musique gipsy, la rumba gitana de chez nous, mais que j’ai renommée gipsy pop. C’est pour faire accepter le style gipsy aux jeunes, une sorte de mélange avec la pop", a expliqué le chanteur, ravi de voir son style plaire aux jeunes.
Lors d’une conférence de presse avant son spectacle, le jeune chanteur, issu de la communauté des gens du voyage, a réitéré son attachement à la culture gitane qui est "un grand patrimoine" porteur de beaucoup de valeurs, tout en célébrant la fête et la musique. Il n’écarte pas la possibilité de collaborer avec des musiciens arabes voire de chanter en arabe. "J’écoute beaucoup la musique arabe, ce n’est pas loin du flamenco. D’ailleurs, plusieurs duos gypsi se sont formés avec des chanteurs de rai", a-t-il fait observer.
Pour l’heureux lauréat de The Voice, tout a commencé quand il a posté une vidéo sur Internet en 2013 avec une reprise gipsy de Bella de Maître Gims. "J’ai eu de la chance d’être vu et apprécié, mais je n’ai pas perdu le chemin ni pris la grosse tête, grâce au soutien de ma famille. Je suis très fier de ne pas changer", a-t-il dit avec satisfaction. Son succès est tel qu’il réalise avec deux albums aujourd’hui plus de ventes de disques que le grand Mika, son coach à qui il doit son ticket d’entrée à l’émission The Voice. "Cela ne peut que me faire plaisir. Cela prouve qu’il ne s’est pas trompé en croyant en moi", a-t-il conclu.

Adam Ali
Vendredi 27 Mai 2016

Lu 879 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs