Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Karima Yatribi: L'écrivain Edmond Amran El Maleh, est le porte-parole de tout un peuple




En préférant l'emploi du "nous" au lieu du "je", l'auteur marocain-juif Edmond Amran El Maleh "se fait le porte-parole de tout un peuple", soutient l'écrivaine Karima Yatribi dans son ouvrage intitulé "Le bruissement des souvenirs...".
"Les récits d'El Maleh s'originent bien souvent dans un +nous+ désignant parfois l'assimilation de cet auteur avec le peuple", souligne la critique littéraire, expliquant qu'en "choisissant d'utiliser un autre pronom que le +je+ (...), El Maleh a choisi de se +noyer+ dans l'ensemble, dans le collectif".
"Se revendiquant marocain-juif, El Maleh vit profondément le déchirement de ses deux communautés: L'exil juif et la violence anti-arabe, et en particulier anti-palestinienne", relève-t-elle, notant qu'à travers ses récits, "l'auteur veut témoigner du destin commun marocain-juif dans l'histoire et la culture marocaines".  "Présentées sous forme de fragments, les œuvres d'El Maleh offrent une dimension iconique incontournable à travers l'étude du fragment, du blanc et du silence", poursuit-elle, indiquant que "dans l'acte d'écrire, le +Moi+ d'El Maleh vise l'exploration de l'Histoire et dégage différentes formes de l’identité selon les thèmes auxquels correspondent les œuvres étudiées".  "Si El Maleh semble constamment tourné vers lui-même et qu'il est décidé à résoudre ses propres problèmes, c'est moins par effet d'égocentrisme que par conviction profonde qu'analyser les problèmes vitaux qu'il a vécus, afin d'aider autrui à mener leur existence", fait observer Mme Yatribi.
Décliné en trois parties, "La problématique narrative", "Spatialité et temporalité en dérive", "L'architecture textuelle", cet ouvrage de 252 pages (format moyen) est réparti sur 7 chapitres et a été publié par les Éditions et Impressions Bouregreg. 
Professeur de l'enseignement supérieur au Département de langue et de littérature françaises à l'Université Hassan II de Casablanca, Karima Yatribi a soutenu une thèse de troisième cycle sur "Le fonctionnement de l'oralité et de la mystique dans les oeuvres d'Ahmed Sefrioui" (juin 1994), ainsi qu'une thèse d’Etat sur "La déconstruction du sujet de l’Ecriture dans le texte marocain de langue française. L'exemple d'Edmond Amran El Maleh, Mohammed Laakira, Mohamed Khair Eddine" (novembre 2005). Membre du Centre de recherches sur les juifs du Maroc (CRJM), de la Coordination des chercheurs en littératures maghrébines et comparées (CCLMC) et de la Coordination internationale des chercheurs sur les littératures maghrébines (CICLM), elle a publié de nombreux articles consacrés à la littérature maghrébine de langue française.

Libé
Lundi 8 Août 2016

Lu 700 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs