Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Karima Skalli en oiseau soufi libre et Ahmed Lamsayeh en ciseleur de mots

Une soirée soufie à l’ouverture de Tamawayt à Ouarzazate




Karima Skalli en oiseau soufi libre et Ahmed Lamsayeh en ciseleur de mots
Une véritable soirée soufie que celle de l’ouverture de la septième édition du Festival international de la poésie et de la musique Tamawayt. Karima Skalli, en cantatrice spirituelle chevronnée, a enchanté, jeudi soir à Ouarzazate, le public présent au palais des congrès par des chants puisés dans le répertoire soufi. Ibn Arabi et Ibn Zaydoun ont prêté, le temps d’une soirée, leur verbe magique et transcendant à la douce voix de la chanteuse marocaine Karima Skalli. «On avait fait un tour d’horizon sur la tolérance prônant l’amazigh, l’universel et l’oriental…bref des chants soufis faisant partie de mon projet artistique qui va bientôt voir le jour», confie l’artiste à Libé.
La métrique classique s’est engagée en communion artistique  avec les instruments de l’ensemble de Rachid Zeroual. Le résultat est magnifique : sur fond d’une scénographie arrangée par l’artiste Mhamed Cherifi, l‘on a assisté à une prestation haute en couleur. Le feedback n’est pas du reste : un stand ovation. Qui a dit que ce genre de chant ne fait plus son public? Et pour boucler la boucle, c’est Nasr Mégri qui allait enflammer la grande salle du palais des congrès, grâce au répertoire appris par cœur par les présents. Lili Touil, Didamdam, et un nouveau morceau arrangé dont les paroles sont de Hassan Mégri et la composition et l’arrangement musical de Nasr Mégri : Oundhiry (Regarde, hé femme).
Auparavant, le saxo d’Abdelhak Mabrouk avait adouci cette belle soirée estivale. Un beau voyage musical grâce à son instrument fétiche.
L’autre partie de cette manifestation, à savoir la poésie, a été entamée par le beau verbe d’Ahmed Lamsayeh. Assis sur un fauteuil, digne des  sultans abbasides, l’auteur de «Chkoun Traz lmaa» a lu ses odes, ses métaphores et ses agencements poétiques emplis de sens et d’enseignements. L’art  triomphe de toutes les contraintes.

Mustapha Elouizi
Mercredi 3 Juillet 2013

Lu 666 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs