Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Karim Tadlaoui : “Lancer un album n'est pas une mince affaire”




Karim Tadlaoui : “Lancer un album n'est pas une mince affaire”
Depuis  la disparition des grands compositeurs, la scène de la chanson connaît des hauts et des bas. Le déficit enregistré n'a pu être comblé bien que des compositeurs de talent tentent d’apporter  le meilleur en donnant un nouveau souffle à la chanson marocaine. Des compositeurs de la trempe de  Karim Tadlaoui pourraient, en effet, remédier à cette situation s'ils disposaient de moyens à cette fin, à savoir des moyens matériels, logistiques et techniques surtout à l’heure  où les chaînes satellitaires s'accaparent l'essentiel de la production._ Pour preuve, les difficultés rencontrées par Karim Tadlaoui qui n'a pas pu sortir son dernier album faute de financement. Car comme il le souligne, "lancer un album, c'est comme le fait de construire une maison, en ce sens qu'il mettra tous les moyens pour ne pas être victime de rupture". De même, l'absence de maisons de production au Maroc n'est pas de nature à faciliter la tâche, ce qui contraint les artistes à produire eux-mêmes leurs albums avec tout ce que cela suppose comme sacrifices._ La solution serait alors de lancer des singles. C'est ce que Karim est en train d'essayer car, comme il l'explique, "cela ne demande pas beaucoup de moyens d'une part, et d’autre part, la promotion devient plus facile".
_Mais le grand problème que rencontre Karim Tadlaoui et les autres compositeurs de sa génération, c'est la tendance actuelle du marché. D'ailleurs, il suffit de regarder les chaînes satellitaires pour s'en rendre compte. On assiste à des chansons de mauvaise qualité qui sont basées sur l'image mais sans valeur artistique. Il faut dire que le marché a connu ces dernières années un changement inquiétant, qui devrait pourtant inciter les responsables à réfléchir car si les choses continuent ainsi, on finira par s’embrouiller. En effet,  ce que l’on constate actuellement n'est ni oriental, ni occidental, pour ne pas dire que ce n'est pas de l'art du tout._
Au Maroc, un autre phénomène est en train de porter le coup de grâce à la chanson, estime Karim Tadlaoui. "Les chansons dites populaires sont en train d'envahir aussi bien le marché que la télévision. Il n'y a qu'à voir les soirées  artistiques pour se rendre compte de la gravité de la situation. Je ne suis pas du tout contre les chansons populaires puisqu’elles font partie de notre patrimoine culturel, mais je suis contre ce pseudo-art qui n'est en fait  qu'une imposture encouragée malheureusement par certains cercles"._
Mais bon gré mal gré, Karim Tadlaoui continue son bonhomme de chemin et fait contre mauvaise fortune bon cœur. Tous les problèmes qu'il rencontre, aussi pesants soient-ils, ne le font pas  plier.  C'est pour cela qu'il continue, contre vents et marées, à produire et composer. Actuellement, il travaille sur l'enregistrement d'un nouveau single intitulé "Mink" dont la partition musicale sera confiée à Karim Slaoui en plus d'un solo de luth et d’une chanson pour la chanteuse koweïtienne Chems.

Par Abdessalam Khatib
Vendredi 30 Décembre 2011

Lu 868 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs