Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Kamikaze à 14 ans : Oumar raconte l'attentat auquel il a survécu




Kamikaze à 14 ans  : Oumar raconte l'attentat auquel il a survécu
Que passe-t-il par la tête d'un adolescent de 14 ans qui décide de rejoindre les talibans et de se faire exploser pour la cause? Oumar raconte son histoire choc à la BBC, alors qu'il a participé à un attentat-suicide, le 3 avril dernier, qui a fait 41 morts dans le centre du Pakistan, dans un mausolée soufi.
 «Le plan était qu'Ismaël se fasse sauter près du temple. Moi, je devais attendre que les ambulances arrivent pour tuer le plus de monde possible», explique-t-il. La première partie se déroule comme prévu, la veste d'Oumar, elle, se déclenche mal. L'explosion lui déchiquette le bras et une partie de l'abdomen, mais le jeune Pakistanais n'a pas rejoint le «paradis» promis. Dans quel état d'esprit se trouvait-il? «On a d'abord  enfilé nos gilets explosifs, à l'écart. Ensuite, on s'est dit au revoir et on s'est promis de prier l'un pour l'autre. Je pensais que ça ferait un peu mal, mais qu'ensuite, on serait au paradis», confie-t-il depuis son lit d'hôpital, où il se trouve toujours dans un état grave. Comme beaucoup de jeunes terroristes, Oumar s'est fait recruter à l'école, à la frontière avec l'Afghanistan. «Les talibans étaient partout. Un jour, un homme s'est présenté et m'a dit de venir avec lui, pour devenir un kamikaze. Je lui ai dit que s'il voulait tuer des gens, il pouvait le faire tout seul», raconte l'adolescent. «Mais il revenait, encore et toujours. Il disait 'Ça ne sert à rien d'étudier, il n'y a rien de mieux que le paradis, tu peux le rejoindre en tuant des hérétiques'.»
Petit à petit, l'idée fait son chemin. «Les talibans prient tout le temps et lisent le Coran. J'ai fini par penser qu'ils avaient raison. Mon cœur m'a dit d'aller m'entraîner avec eux». L'entraînement dure cinq mois. En compagnie de deux autres adolescents, Oumar apprend à manier armes et explosifs. «Souvent, ils nous bandaient les yeux», précise-t-il. Pour que l'emplacement du camp reste secret. Quand sa veste s'est mal déclenchée, Oumar a fait ce que tout terroriste formé par les talibans apprend: il a tenté de dégoupiller sa grenade de secours avec les dents, pour finir sa mission. Mais avant qu'il puisse s’exécuter, un policier est parvenu à le neutraliser, d'une balle dans le bras. Oumar dit avoir réalisé qu'il avait eu tort quand il a vu les médecins s'activer pour tenter de lui sauver la vie. «Je suis reconnaissant, ils m'ont sauvé de l'enfer. La douleur est intense, mais il y a beaucoup de gens à l'hôpital dans un état bien plus grave que le mien. Ce que nous avons fait est inexcusable, nous avons tué des enfants, des femmes et des personnes âgés. Aujourd'hui, je réalise que les attentats-suicide vont à l'encontre de l'enseignement de l'Islam. J'espère que les gens me pardonneront.»

Libé
Jeudi 21 Avril 2011

Lu 337 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs