Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Kamel Daoud élu journaliste de l’année en France




C’est une jolie reconnaissance pour la presse maghrébine francophone. Le journaliste algérien Kamel Daoud a remporté en France le prestigieux Prix Jean-Luc Lagardère du meilleur journaliste de l’année pour ses chroniques publiées dans l’hebdomadaire français «Le Point». Il recevra une dotation de 10 000 €. Depuis sa création en 1984, le «Prix Jean-Luc Lagardère du journaliste de l’année», a récompensé l’excellence journalistique de plus d’une centaine de journalistes, primés pour la qualité de leurs reportages, éditoriaux, ou portraits parus dans la presse on et offline.
Le jury était présidé par Laurent Joffrin et composé de nombreux journalistes de renom dont Bernard Pivot, Christine Ockrent, Philippe Tesson, Sébastien Le Fol, Valérie Toranian, ou encore Patrick Poivre d’Arvor et Jean-Marie Rouart.
«Ce prix m’honore, me touche et m’émeut. Ça honore également la mémoire du journalisme en Algérie», a souligné Kamel Daoud, avant de préciser que cela évoque pour lui «la mémoire des journalistes algériens des années 1990».
Né en 1970 à Mostaganem (300 km à l’ouest d’Alger), Kamel Daoud a suivi des études de lettres françaises après un bac en mathématiques. En Algérie, il est chroniqueur au Quotidien d’Oran – troisième quotidien national francophone d’Algérie –, où il a longtemps été rédacteur en chef, mais aussi à El Watan et sur le site Impact 24. En France, il est éditorialiste au journal Le Point, où il tient une chronique hebdomadaire. Il est également une signature régulière du New York Times, aux États-Unis, et de La Repubblica, en Italie.
Écrivain, Kamel Daoud est l’auteur d’un roman salué dans le monde entier, «Meursault, contre-enquête», publié en Algérie par les éditions Barzakh et en France par Actes Sud en 2014. Ce livre lui a valu le Prix Goncourt du premier roman. Il a également écrit plusieurs récits, dont certains ont été réunis dans le recueil «Le Minotaure 504» (Sabine Wespieser éditeur, 2011) – initialement paru à Alger sous le titre «La Préface du nègre» (éditions Barzakh, 2008) et distingué par le prix Mohammed Dib du meilleur recueil de nouvelles en 2008. Kamel Daoud vit à Oran, en Algérie.

Jeudi 18 Février 2016

Lu 816 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs