Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Kamal Kamal : Les cinémas arabe et latino-américain, une expressionde maux communs




Les cinémas arabe et latino-américain ont  pour dénominateurs communs l'expression de maux et d'espoirs partagés, a  affirmé Kamal Kamal, réalisateur du film "Sotto Voce". "Nous sommes des pays du Sud et de facto nous avons beaucoup de choses en commun. Nous avons souffert des mêmes maux sociaux et nous pratiquons la même  lutte existentielle", a-t-il souligné dans une interview à l'occasion de la  projection de son troisième film "Sotto voce" en ouverture du 10ème Festival du  cinéma arabe au Brésil.
Organisé par l'Institut de culture arabe (Icarabe), ce festival (12 août  au 12 septembre) défend l'idée du monde arabe en tant qu'espace de rencontres, à travers la projection, dans quatre villes brésiliennes, d'une trentaine  d'œuvres inédites du Maroc, du Yémen, de Syrie, du Liban, d'Algérie, de Jordanie, de Palestine, du Portugal et du Brésil.
Aux yeux du réalisateur et musicien natif de Berkane, les différents points de convergence entre le monde arabe et l'Amérique latine font que ces deux espaces régionaux ne peuvent que mieux se connaître et collaborer pour mieux servir l'humanité à travers leurs industries cinématographiques.
Pour ce qui est de la visibilité croissante du cinéma marocain au niveau  international, le réalisateur, reconnu pour la "Symphonie marocaine" (2008) et  "Tayf Nizar" (2002), n'a pas manqué de souligner les différents efforts engagés  par le Royaume en vue de réconcilier les aficionados du 7ème art avec les salles obscures. Ces efforts, a-t-il dit, ont eu pour effets une présence de plus en plus marquée des films marocains lors des festivals internationaux mais aussi nationaux, rappelant, dans ce sens, que pour la seule année de 2013, le Maroc a  pris part à 141 festivals dans 71 pays.
Revenant sur son dernier opus "Sotto Voce", Kamal Kamal a indiqué que cette  œuvre est largement inspirée d'histoires de guerre vécues et contées par sa mère algérienne, qui a dû fuir vers le Maroc en pleine guerre d'Algérie. A travers l'histoire de Moussa, un résistant marocain chargé de faire  passer des groupes de réfugiés fuyant la guerre, à travers les montagnes, dans  la région de Beni Boussaid, à la frontière maroco-algérienne, le réalisateur ne fait que retracer le périple de sa mère, condamnée à mort par contumace, qui a  plus ou moins suivi le même chemin que les personnages de "Sotto voce".

Libé
Lundi 17 Août 2015

Lu 393 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs