Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Jugeant inacceptable qu'il ne puisse condamner Damas : La France s'élève contre le Conseil de sécurité




Jugeant inacceptable qu'il ne puisse condamner Damas : La France s'élève contre le Conseil de sécurité
Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé a jugé jeudi «inacceptable» que le Conseil de sécurité de l'ONU ne puisse condamner la répression en Syrie du fait de l'opposition de la Russie et a qualifié de «nulles» les chances que Bachar al-Assad réforme le régime.
«Il nous paraît inacceptable que le Conseil de sécurité ne se prononce pas sur une situation qui non seulement est en contradiction avec les valeurs des Nations unies mais porte également atteinte à la sécurité mondiale», a déclaré M. Juppé lors d'une conférence de presse.
Quatre pays européens (Grande-Bretagne, France, Allemagne, Portugal) ont déposé depuis plusieurs semaines un projet de résolution assimilant la répression en Syrie à un crime contre l'humanité.
Mais la Russie, qui bénéficie d'un droit de veto, «reste opposée à l'adoption d'une résolution», a rappelé Alain Juppé. «Nous continuons à travailler pour réunir une majorité aussi large que possible (au Conseil) et mettre aux voix ce projet de résolution», a-t-il assuré.
Pour isoler Moscou et Pékin, les Occidentaux cherchent à obtenir le soutien de l'Inde, le Brésil et l'Afrique du Sud qui siègent parmi les dix membres non-permanents du Conseil, mais qui restent eux aussi très réticents à une résolution contre la Syrie.
M. Juppé a aussi jugé «extrêmement faible, pour ne dire nulle» la capacité du régime de Bachar al-Assad à se réformer. «Quand on se comporte comme il se comporte, et l'escalade de la violence ne cesse pas, la crédibilité disparaît», a-t-il estimé.
Les autorités syriennes tentaient jeudi de soumettre Hama, ville traditionnellement rebelle du nord de la Syrie, actuellement encerclée par l'armée et où 23 civils ont été tués depuis mardi par les forces de sécurité.
Par ailleurs, des centaines de personnes fuyaient jeudi la ville de Hama, craignant une intervention des forces gouvernementales syriennes dans ce bastion de la contestation, a fait savoir Rami Abdul-Rahman, de l'Observatoire syrien pour les droits de l'homme.
La semaine dernière, quelque 300.000 personnes ont manifesté à Hama, quatrième ville du pays. C'était là la plus importante manifestation depuis le début du mouvement de contestation il y a quatre mois, mouvement auquel le régime de Damas répond par une sanglante répression.
Les habitants craignent désormais une offensive de grande ampleur pour éradiquer la contestation à Hama, où au moins 20 personnes ont été tuées ces derniers jours. La ville est depuis lundi sous tension, bouclée par les forces de l'ordre.
Hama, ville-martyre, est un symbole historique de la résistance au pouvoir baasiste en Syrie. En 1982, Hafez el-Assad, le père du président actuel Bachar, y avait fait mener une sanglante répression contre un soulèvement des fondamentalistes musulmans sunnites, qui s'est soldé par des milliers de morts, entre 10.000 et 25.000 selon les militants des droits de l'Homme.
Depuis la mi-mars, la répression menée par le régime de Damas aurait fait plus de 1.400 morts, la plupart des personnes qui manifestaient pacifiquement.

AFP et AP
Vendredi 8 Juillet 2011

Lu 317 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs