Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Journée nationale contre l’absence d’évaluation objective du rendement des juges

Organisée par le Club des magistrats du Maroc




Journée nationale contre l’absence d’évaluation objective du rendement des juges
Le Club des magistrats du Maroc organisera le mois prochain une journée nationale pour appuyer les magistrats lésés par l’absence d’un système d’évaluation objective en ce qui concerne leur promotion et leur avancement.
En effet, le Club a décidé de soutenir le samedi 7 juin prochain les magistrats du tribunal de première instance de Nador qui « réclament un système d’évaluation objective et transparent », selon un communiqué de presse posté sur le portail officiel du Club.
Pour ce faire, le bureau exécutif du Club a appelé tous les magistrats qui se sentent lésés par l’absence d’un tel système de se rassembler ce même jour au siège du Club à 11 heures du matin.
«C’est une manifestation de soutien et d’appui pour les magistrats de Nador qui ont été vraiment victimes d’absence de transparence du système d’évaluation », nous a expliqué Ahmed Anbar, vice-président du Club des magistrats du Maroc. Et de marteler: « L’on sait que le système actuel est basé essentiellement sur le népotisme et le clientélisme. Ceux qui sont proches du patron sont bien rémunérés et ceux qui en sont loin ou entrent en conflit avec lui, sont marginalisés ou privés des prébendes ».
Le Club des magistrats du Maroc avait déjà défendu dans son mémorandum daté du 23 mars 2013 contenant sa vision en ce qui concerne la loi organique du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, l’idée de changer le système de notation en vigueur par un autre « système d’évaluation basé sur des critères objectifs susceptibles d’être prouvés que ce soit pour les magistrats ou les responsables judiciaires».
Le Club avait, par ailleurs, affirmé que l’indépendance du pouvoir judiciaire et des magistrats passe par la nécessité de confier au Conseil supérieur du pouvoir judiciaire la tâche de gérer le parcours professionnel des magistrats et leur situation individuelle. Le Club avait demandé que les travaux d’enquête ne soient pas menés par le ministère de la Justice et des Libertés, mais plutôt par le Conseil supérieur lui-même. 

M.T
Mercredi 28 Mai 2014

Lu 850 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs