Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Journée mondiale de l'alimentation La protection sociale est de mise




Bien que l'agriculture joue un rôle clé dans l'éradication de la pauvreté et de la faim, elle offre par elle-même peu de moyens sui generis pour sortir de la pauvreté. C'est pourquoi une protection sociale bien réfléchie contribuerait sûrement à réduire l'extrême pauvreté et l'insécurité alimentaire en sécurisant les revenus et en investissant dans l'amélioration de l'accessibilité aux facteurs de production.
C'est dans cette optique que la Journée mondiale de l'alimentation de cette année sera célébrée le 16 octobre sous le thème "Protection sociale et agriculture - Briser le cercle vicieux de la pauvreté rurale".
Le représentant de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) au Maroc, Michael George Hage, a souligné, dans ce cadre, qu'environ 73% des personnes à travers le monde n'ont pas accès à une protection sociale adéquate et la majorité de ces personnes vivent dans les zones rurales des pays en développement.
"Ces agriculteurs sont davantage pénalisés par un accès limité aux ressources, une faible productivité agricole et le mauvais fonctionnement des marchés et ont d'autant plus de mal à faire face aux risques et aux chocs économiques et naturels qui menacent leurs moyens de subsistance", a expliqué M. Hage.
Ainsi, la protection sociale peut contribuer à améliorer la productivité agricole, à stimuler le développement économique local, à accroître la résilience, à promouvoir les utilisations durables des ressources naturelles et à favoriser l'inclusion sociale, a-t-il relevé, notant que les modèles de protection sociale sont à adapter au contexte socio-économique de chaque pays pour répondre à ses besoins.
En milieu rural, la protection sociale doit aller de pair avec les politiques de développement agricole et rural qui contribuent à renforcer la résilience, à améliorer la productivité et à soutenir la gestion durable des ressources.
Les politiques et les programmes agricoles doivent permettre aux petits exploitants de gérer les risques en stimulant la production agricole, la génération de revenus et le bien-être général des ménages.
La thématique choisie cette année par la FAO pour célébrer la Journée mondiale de l'alimentation cadre parfaitement avec les acquis et les avancées du Plan Maroc Vert (PMV).
Le Maroc a atteint plusieurs résultats dans le cadre du PMV en termes de mise en place de projets pilier II concernant l'agriculture solidaire dont l'objectif principal est la lutte contre la pauvreté, le renforcement des capacités des coopératives, l'organisation des professionnels et la mise en place de programmes d'agrégation pour lier les producteurs avec le marché.
Le Maroc a atteint plusieurs objectifs qui renforcent le statut social dans le monde rural, à travers des projets d’investissements et des programmes de développement agricole en partenariat avec les coopératives et les associations.
Ainsi, l'investissement constitue le seul gage qui va permettre au Maroc de renforcer cette protection sociale au profit des agriculteurs, notamment les petits exploitants.
Depuis l'avènement du PMV, le Maroc dispose d'un modèle réussi à tous les niveaux que le Royaume a partagé avec ses partenaires africains et internationaux dans le cadre de la coopération Sud-Sud.
"Le Plan Maroc Vert, lancé en 2008, est une stratégie transversale de développement de l'agriculture, à travers l'augmentation de la production et de la productivité, la valorisation des produits de l'agriculture et la recherche de marchés, tout en intégrant le développement des revenus des agriculteurs et en les protégeant contre l'aléa climatique à travers des projets et des produits d'assurance", a indiqué le secrétaire général du ministère de l'Agriculture et de la Pêche maritime, Mohammed Sadiki.
Au Maroc, le système de protection sociale s'appuie sur une politique publique en matière d'action sociale et de solidarité qui a été mise en place par des actions successives avant et après l'indépendance du pays, a relevé M. Sadiki.
"Il a connu une évolution importante, aussi bien sur le plan juridique qu'en matière de gestion et de contrôle, parallèlement aux changements économiques et sociaux qu'a connus le pays et leurs impacts sur les besoins de la population", a-t-il souligné.
Au cours des 20 dernières années, les programmes de protection sociale ont connu une expansion rapide dans les pays en développement, secourant 2,1 milliards de personnes grâce à l'aide sociale, à l'assurance sociale et aux interventions sur le marché du travail.
Néanmoins, aujourd'hui, seulement 36% de la population mondiale reçoit une forme ou une autre de protection sociale. La majorité des ménages qui ne bénéficient pas de programmes de protection sociale vivent dans les zones rurales des pays en développement.

Vendredi 16 Octobre 2015

Lu 650 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs