Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Journée de colère des licenciés de City-Bus à Fès

Un problème qui dure depuis plus d’un an




Journée de colère des licenciés de City-Bus à Fès
La colère des salariés de City-Bus de Fès monte d’un cran. Mardi 3 août, ils ont dû passer la journée à la gare ferroviaire. Et pour cause, ils avaient l’intention de prendre le train pour Rabat, afin de « faire parvenir leurs doléances aux autorités centrales ». Mais la police, fort présente sur les lieux, les en a empêchés. Ils étaient tout le temps encerclés par des éléments de police et des Forces auxiliaires ainsi que d’autres éléments en civil. Une alerte générale prévalait dans l’enceinte de la gare de Fès-ville. Ce était pas la première fois que les protestataires essayaient de regagner la capitale. Ils avaient déjà entrepris les 8 et 27 août dernier deux marches interceptées à dix kilomètres de la ville par la gendarmerie Royale.
Seul un dialogue avec les autorités et les promesses données lors de cette rencontre ont pu les convaincre de faire marche arrière. « On nous avait promis la réintégration et le règlement de tous les problèmes, mais en vain. Après quoi, l’on a été surpris par  la décision de l’administration de n’intégrer que 43 personnes. Et jusqu’à présent, seuls 31 salariés ont été effectivement réintégrés, dont une majorité de chauffeurs de bus. Quinquagénaire, Alami estime que la promesse du wali de Fès-Bouelmane était claire : «Ceux qui ne réintègreront pas la société, verront leur situation financière résolue conformément à la loi ». «Sans résultat, ajoute-t-il.  L’on est toujours  dans une phase de doute et de déni de droit ».
Le problème pour beaucoup de salariés licenciés de City-Bus reste cette « condition posée par la direction de la société délégataire consistant en l’excuse qui doit être présentée à l’un des syndicats concurrents », chose que confirme un salarié mis à la retraite sans que sa situation ne soit réglée pour autant.
Le problème date, cependant de plus d’une année. Les salariés licenciés appellent la société délégataire au respect du Code du travail et à cesser ce qu’ils appellent la politique des « licenciements abusifs ». Par voie de communiqué, City-Bus avait accusé depuis le début de ce bras de fer une «poignée d’employés expulsés en raison de fautes graves d’être derrière le blocage des portes du parking de la société», mais aussi de la «séquestration par la force de l’ensemble du personnel».« Comment ose-t-elle nous accuser de poignée, alors que le nombre de ceux et celles qui manifestent aujourd’hui dépasse les deux cents?» s’indigne Bennani.
Certains observateurs de la chose publique locale estiment que cette situation détériorée est due aux «  calculs et intérêts politico-syndicaux occultes ». S’étalant sur une période de 15 ans renouvelables, le contrat de concession engage la société à investir quelque 410 millions de DH au bout de 5 ans, avec l’objectif de « redresser le secteur, d’améliorer l’image du bus et d’offrir un service de qualité ». Mais, et dans tous les cas, « il est inadmissible d’accepter que des personnes qui sont actuellement à six mois de la retraite se trouvent dans la rue, sans aucun fondement légal et avec un silence inexpliqué de la part des autorités », conclut le jeune Abdellah.

Mustapha Elouizi
Vendredi 6 Septembre 2013

Lu 863 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs