Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Journée d’études à Tétouan

L’habitat et l’urbanisme au cœur de la politique énergétique




Journée d’études à Tétouan
Maisons écologiques, habitats naturels, éco-constructions… autant de termes pour rendre compte d’une nouvelle conception de l’habitat en harmonie avec la nature certes, mais aussi faisant face à une crise énergétique mondiale et à l’augmentation exponentielle de l’émission des gaz à effet de serre, principal responsable du changement climatique… Alors, habitat et énergies renouvelables feraient-ils bon ménage ?
Tout porte à croire qu’au Maroc, la réflexion et les actions autour des constructions écologiques, des énergies renouvelables au service de l’habitat et des économies d’énergie sont d’actualité. A noter que le Royaume importe 96% de ses besoins en énergie. La facture énergétique du pays représente 10% du PIB. Cette dépendance énergétique n’a cessé de croître ces dernières années alors que le Royaume bénéficie d’une réserve non négligeable de ressources énergétiques autres que fossiles (les énergies fossiles continuent à fournir les ? de l’énergie mondiale). Energies solaire, éolienne, hydraulique, biomasse…sont autant de potentiels dont le pays regorge et qui pourraient être utilisés à bon escient…. Actuellement, la stratégie énergétique nationale est de réaliser, à l’horizon 2020, une économie de 15% sur la consommation en énergie (dont 19% pour l’habitat) ; économie dont le principal leitmotiv est de participer à la lutte contre l’augmentation des gaz à effet de serre.
 C’est justement ce qui a motivé l’organisation d’une journée d’étude, le 18 mars dernier, par l’Agence urbaine de Tétouan sur « la gestion et la planification urbaine au cœur de la politique énergétique » en réunissant différents acteurs et partenaires intéressés par cette problématique : les collectivités locales, la wilaya, les représentants du ministère de l’Energie et des Mines, de l’Environnement et de l’Eau et le ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement de l’Espace, le CDER (Centre de développement des énergies renouvelables), des chercheurs et universitaires ainsi que l’Ordre des architectes.  L’objectif premier d’une telle journée était essentiellement de participer à la vulgarisation du contenu de la circulaire interministérielle (ministère de l’Energie et des Mines, de l’Environnement et de l’Eau et le ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement de l’Espace) relative à l’intégration des énergies renouvelables dans les domaines de la construction et de l’urbanisme. Signée le 6 novembre 2008, cette convention s’inscrit dans le cadre d’une stratégie du ministère de l’Habitat, en matière d’efficacité énergétique et des énergies renouvelables pour le bâtiment. Elle vise à encourager notamment les promoteurs immobiliers publics à adhérer à la politique énergétique, en utilisant les énergies renouvelables dans les projets d’aménagement et d’urbanisme, dans les projets de construction mais également dans les projets d’équipement accompagnant toute nouvelle construction. Ce sont justement les nouvelles villes et les nouveaux pôles urbains (Tamansourt, Tamesna, Chrafate…) qui seront concernés, dans un premier temps, par une telle circulaire avec une cadence de production estimée à 200.000 unités d’habitat  par an. Le défi est d’envergure puisqu’en 2012, les 213.514 m? prévus pour l’installation des nouvelles techniques employant les énergies renouvelables permettraient d’épargner 67.000 TEP/an et d’éviter l’émission de  301 000 tonnes de CO2 par an. Ainsi, les Mécanismes de développement propres (MDP) développés par le Maroc, avec notamment l’instauration du Crédit carbone faisant suite au Protocole de Kyoto, permettraient une diminution non négligeable de l’émission des gaz à effet de serre avec un impact environnemental à l’échelle planétaire. Notons que l’éfficacité énergétique représenterait 65% du potentiel de réduction des émissions de CO2, selon l’Agence internationale de l’énergie. Si les avantages des énergies solaire et éolienne sont largement connus et reconnus, il en est tout autre de la biomasse dont font partie les déchets solides ou liquides. Nos déchets contiendraient-ils des ressources insoupçonnées d’énergie ? Perdrait-on des ressources énergétiques en sous-estimant nos déchets ? C’est pourtant ce qui ressort des recherches scientifiques en la matière et qui démontrent que les déchets peuvent produire de la chaleur et de l’électricité par le biais de conversion thermochimique, de la biométhanisation ou par la récupération du biogaz directement dans les décharges.
On l’aura compris, la question de la valorisation des énergies renouvelables dans les secteurs de la construction et de l’habitat est majeure puisqu’elle s’inscrit au cœur de défis nationaux et internationaux. Dans la construction, l’utilisation des énergies renouvelables peut se décliner de différentes manières : utilisation de l’énergie solaire thermique et photovoltaïque, chauffage au bois, énergie éolienne et géothermique, usage de matériaux et mise en place d’aménagements spécifiques comme les matériaux d’isolation, utilisation du bois,  récupération et traitement de l’eau, valorisation des déchets… Seulement, si les perspectives de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables paraissent incommensurables, qu’en sera-t-il sur le terrain ?
Vu l’absence de textes juridiques obligeant ou contraignant les opérateurs d’intégrer les énergies renouvelables dans leurs projets, il faut dire que les textes d’urbanisme évoquent à maintes reprises l’obligation de préserver l’environnement tout en donnant autorité aux communes de statuer sur des cas litigieux. Dans cette phase transitoire, en attendant des textes de lois clairs, l’administration compétente pourrait encourager les opérateurs à intégrer les techniques des énergies renouvelables dans les domaines de la construction ou de l’aménagement…. Des dérogations pourraient être accordées, par exemple, aux projets engagés sur les énergies renouvelables ou sur le développement durable… Une souplesse dans les conditions de construction de projets (dans la superficie de construction autorisée, pour le nombre de niveaux à construire…) permettrait éventuellement aux promoteurs d’intégrer les énergies renouvelables….  Des pistes de réflexion  qui pourraient trouver écho au sein des communes.
Du 20 au 22 mars 2009, s’est tenu à Paris un Salon entièrement dédié à l’utilisation des énergies renouvelables dans la construction où se rencontrent décideurs, professionnels et grand public. Justement, l’on aurait beaucoup à y gagner en sensibilisant le grand public à ces questions énergétiques car nous sommes tous responsables. A l’heure où les énergies classiques posent la question du réchauffement climatique, nous devons en effet tous penser à l’utilisation des énergies renouvelables et notamment, dans notre environnement immédiat et  l’usage quotidien. Car, quoi qu’on en dise, il s’agit avant tout d’une mentalité, d’une culture, dirions-nous, qui mettra sûrement du temps à s’installer… Les jeunes générations, à l’instar de ces nombreux étudiants venant assister à la journée d’étude de Tétouan, ont montré qu’ils étaient sensibles à ces questions. Une manière de s’affranchir, en ces temps de crise, du « consommateur » pour devenir « écocitoyen » !

Amel NEJJARI
Mercredi 25 Mars 2009

Lu 322 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs