Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

John Kerry dans le collimateur d’Israël

Le mouvement international de boycottage de la colonisation gagne en importance




John Kerry  dans le  collimateur d’Israël
Le secrétaire d’Etat américain John Kerry est de nouveau la cible de hauts dirigeants israéliens l’accusant de justifier les menaces de boycottage international contre Israël pour arracher des concessions dans les négociations avec les Palestiniens.
John Kerry doit présenter dans les prochaines semaines ses propositions de paix, qui suscitent la profonde inquiétude de la droite israélienne, ce qui expliquerait, selon les commentateurs, ce tir groupé de critiques.
«Il est dommage de constater que l’Administration américaine ne comprend pas la réalité au Moyen-Orient et exerce des pressions du mauvais côté dans le conflit israélo-palestinien», a estimé le ministre de la Défense passive, Gilad Erdan, un proche du chef du gouvernement Benjamin Netanyahu.
Lors d’une conférence sur la sécurité samedi à Munich, M. Kerry a évoqué les risques d’un boycottage visant Israël si ses efforts pour parvenir à un accord de paix n’aboutissaient pas.
Le mouvement international de boycottage de la colonisation gagne en importance et en impact, comme en témoigne la décision jeudi de la star américaine Scarlett Johansson de renoncer à son rôle d’ambassadrice de l’ONG Oxfam, jugé «incompatible» avec sa promotion de l’entreprise israélienne SodaStream, implantée en territoire palestinien occupé.
M. Kerry a déjà dû affronter la colère des ministres les plus à droite de la coalition gouvernementale israélienne.
A la mi-janvier, le ministre de la Défense Moshé Yaalon avait accusé le secrétaire d’Etat américain d’être «animé par une obsession incompréhensible et une sorte de messianisme» et affirmé qu’il ne pouvait «rien (lui) apprendre sur le conflit avec les Palestiniens».
Ces propos avaient choqué et provoqué une telle tension avec les Etats-Unis que Moshé Yaalon avait dû présenter des excuses, sans toutefois revenir sur le fond de ses propos.
John Kerry a relancé les négociations israélo-palestiniennes en juillet 2013 après trois ans d’interruption, mais malgré ses navettes répétées dans la région, il peine à rapprocher les positions des deux camps.
Le département d’Etat a rejeté dimanche les critiques israéliennes. A Munich, M. Kerry a «uniquement fait référence à un boycott comme une des actions qui pourraient être prises par d’autres, mais à laquelle il s’oppose», a insisté sa porte-parole, Jennifer Psaki.
Côté palestinien aussi, la pression sur Israël s’accroît.
Mahmoud Abbas a proposé, dans une interview publiée lundi par le New York Times, qu’une force de l’Otan conduite par les Etats-Unis effectue des patrouilles dans le futur Etat palestinien.
Ce dispositif comprendrait également des troupes positionnées en Cisjordanie, à tous les points de passage frontaliers et à Jérusalem-Est.
Le président Abbas a aussi affirmé que des soldats et les colons israéliens pourraient rester en Cisjordanie pour une période de cinq ans après la conclusion d’un accord, et non trois comme il le proposait précédemment. 

AFP
Mardi 4 Février 2014

Lu 765 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs