Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Jamel Debbouze et Malik Bentalha sur scène pour la 16ème édition des “Mazagan Nights”

L’humoriste revient en détail sur sa vie dans «Tout sur Jamel»




Jamel Debbouze et Malik Bentalha sur scène pour la 16ème édition des “Mazagan Nights”
La star du Maroc, six ans après le triomphe de « 100% Debbouze » revient sur scène pour une heure et demie de divertissement. C’était la première fois que Jamel Debbouze se produisait  au Mazagan, devant neuf cents personnes venues de tout le Maroc pour vivre une soirée placée sous le signe de  la bonne humeur.
Malik Bentalha, pur produit du « Jamel Comedy Club » se charge de nous réveiller les zygomatiques pour la première partie. Il apparaît sur scène tout sourire, et chauffe la salle avec talent. Drôle et speed, il jongle entre les vannes avec finesse et nous fait rire à gorge déployée.  Un seul regret : que le jeune artiste quitte la scène si vite pour laisser place au tant attendu Jamel Debbouze.
 Ce soir, Jamel nous raconte tout.  Egal à lui-même, il arrive sur scène accompagné d’une musique hip-hop, d’un éclairage de boîte de nuit, de chaussettes blanches remontées et d’une veste noire. C’est avec son énergie débordante qu’il salue les spectateurs et remercie son frère Karim, coproducteur de son one man show.
 Il débute son spectacle en abordant sa vie familiale et personnelle et surtout, son quotidien durant ces six années d’absence sur les planches. En 2012, il écrit  «  Tout sur Jamel », en écumant sans tabous tous les sujets : de sa circoncision au collège de Trappes, en passant par son mariage, il évoque les événements qui ont marqué son existence. 
L’humoriste franco-marocain se remémore l’improvisation au collège «  Gustave-Courbet », la rencontre avec sa famille et celle de son épouse, et joue de l’interaction entre les cultures marocaine et française.  Jamel semble rester un grand enfant : il fait la bise à certains, serre la main à d’autres, se moque de la chemise et de la coupe de cheveux des spectateurs du premier rang… L’autodérision est maître de son spectacle.
 Des thèmes récurrents, impudiques mais qui nous font sourire. L’humoriste cherche à se démarquer du rôle du jeune de banlieue pour se montrer en homme grandi, mature, père de famille et marié.  Il émeut, relatant sa rencontre avec la journaliste Melissa Theuriau. «  Quand t’es amoureux, tu fais des trucs que t’as jamais faits comme entrer dans un magasin de bougies », plaisante-t-il dans son spectacle.
Il aborde la religion, la politique et Jamel provoque, aguiche et se moque.  On retrouve ses erreurs intentionnelles de langage, et surtout, on en apprend plus sur sa vie personnelle. Rien ne semble l’arrêter, il nous livre tout avec un humour un peu simpliste, parfois même facile, mais sa répartie est toujours fidèle au poste. 
Il nous raconte beaucoup d’anecdotes, et nous dissipe toute hésitation quant à la véracité de ses propos en clôturant son spectacle par une projection de photos justifiant son discours. L’effet comique espéré n’est pas toujours au rendez-vous, mais l’humoriste fait sourire. Une bonne soirée qui permet, l’espace de quelques instants, d’oublier tous ses tracas. 

Danaé Pol
Samedi 19 Avril 2014

Lu 2478 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs