Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Jamal Rhmani à l'ouverture du congrès régional arabe de Rabat : «Le dialogue social fait partie des grands choix du Royaume»




L'expérience du Maroc en matière de gestion du dialogue social puise son essence dans les grands choix du Royaume définis et consolidés par les initiatives et les hautes orientations de S.M le Roi Mohammed VI, a affirmé le ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle, Jamal Rhmani.
Ces choix illustrent la voie empruntée par le Maroc au cours de ces 12 dernières années, sous la conduite éclairée du Souverain, pour accélérer le rythme de l'instauration des bases de l'Etat de droit tout en respectant les droits et libertés individuelles et collectives, dont les libertés syndicales en consécration des principes énoncés par la Constitution marocaine et des engagements internationaux ratifiés par le Royaume dans ce domaine, a-t-il ajouté à l'ouverture, mercredi à Rabat, du congrès régional arabe sur le dialogue social. Le ministre a souligné que la constitution marocaine prévoit la représentativité des salariés, dans la mesure où 27 membres de la Chambre des conseillers sont élus par les délégués des salariés aussi bien dans le secteur public que privé.
Le Code du travail, a-t-il poursuivi, a instauré quatre instances nationales de dialogue et de concertation sur les questions d'emploi. Il s'agit du Conseil de médecine du travail et de prévention des risques professionnels, le Conseil de la négociation collective, la Commission spécialisée tripartite du suivi de la bonne application des dispositions juridiques dans les entreprises d'emploi temporaire et le Conseil supérieur de la promotion de l'emploi.
Outre ces instances, le Code du travail a créé deux structures dédiées au règlement des conflits collectifs de travail, à savoir la Commission d'enquête et de réconciliation et un mécanisme d'arbitrage.
En parallèle, le Code du travail a instauré d'autres mécanismes de dialogue bilatéral entre les employeurs et les représentants des travailleurs au niveau de l'entreprise, notamment la Commission d'entreprise et la Commission de la santé et de la sécurité sur les lieux de travail outre l'instance des délégués des salariés aux entreprises.
M. Rhmani a fait remarquer que les lois régissant de nombreux établissements publics ayant une relation avec le monde de l'emploi, ont consacré le principe de la composition tripartite des conseils d'administration de ces établissements.
Il s'agit en particulier de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), la Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale (CNOPS), de l'Office de la Formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT), de l'Agence nationale de l'Assurance maladie (ANAM) et du Conseil supérieur de mutualité.
De même, les rounds du dialogue social national entre le Premier ministre et les dirigeants des centrales syndicales et la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), constituent un autre mécanisme de dialogue et de concertation.
Le ministre a souligné que l'adoption du Code du travail en 2004 a été parmi les résultats phare de l'expérience marocaine en matière de gestion du dialogue social. M. Rhmani, a  noté que le nombre des conflits collectifs de travail a baissé de 35 % en comparaison avec la moyenne annuelle enregistrée lors des cinq années ayant précédé l'entrée en vigueur du Code du travail.
Selon M. Rhmani, cette baisse est attribuable à l'application des dispositions du Code du travail dans plusieurs secteurs, notamment la mise en œuvre des mécanismes de dialogue bilatéral et tripartite stipulés par le Code - pour la gestion des relations professionnelles que ce soit en ce qui concerne les conflits collectifs ou individuels de travail. Le ministre a également évoqué l'adoption en 2002 du Code de couverture médicale de base entré en vigueur en 2005 qui a contribué à l'augmentation du nombre des assurés dans les secteurs public et privé et à la prise en charge des frais de soins et prestations sociales en particulier pour les employés et leurs ayants droit.
En 2007, il a été procédé au lancement du programme national d'accompagnement social des entreprises qui emploient plus de 50 salariés en vue d'être en phase avec les dispositions du Code du travail ainsi que du plan national d'amélioration des conditions de travail dans les petites entreprises de moins de 50 employés (février 2010) outre la création de l'Institut national des conditions de vie dans le travail en tant que mécanisme institutionnel de formation et sensibilisation aux questions de santé et de sécurité professionnelle dans le travail, a-t-il rappelé.

MAP
Vendredi 17 Décembre 2010

Lu 416 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs