Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

JP Morgan salue l’extension des entreprises marocaines en Afrique

Un processus qui permettra de diluer à moyen terme la dépendance vis-à-vis de la zone euro




JP Morgan salue l’extension des  entreprises marocaines en Afrique
Dans une note qu’elle a rendue publique récemment, la banque d’affaires JP Morgan a attribué de bons points au Maroc. Tout en rappelant que ses analystes viennent d’effectuer un voyage au Maroc où ils ont rencontré des membres du gouvernement ainsi que ceux d’un parti d’opposition, des responsables des banques locales, des hommes d’affaires et des analystes indépendants, JP Morgan considère que l’extension des entreprises marocaines vers l’Afrique est également une bonne nouvelle puisqu’elle permettra de diluer à moyen terme la dépendance vis-à-vis de la zone euro. Une dépendance, en particulier, vis-à-vis des deux principaux partenaires  du Royaume, en l’occurrence la France et l’Espagne, dont l’économie marocaine continue à payer les prix.
Sur un autre registre, la célèbre banque d’affaires  a annoncé que le Royaume reste fermement attaché à son plan de réformes structurelles, citant particulièrement la réforme de la Caisse de compensation et celle des subventions au secteur de l’énergie. Des réformes certes douloureuses sur le plan social qui n’auraient pas pu avoir lieu si le Maroc ne jouissait pas de stabilité politique.
En conclusion de sa note, JP Morgan a réitéré son appréciation positive concernant le Maroc, une position qu’elle avait déjà exprimée lors de sa dernière visite en novembre 2013. Et ce, du fait que les analystes de la banque estiment que les performances de l’économie marocaine vont s’accélérer cette année, permettant ainsi au Royaume d’être plus performant que les autres pays de la région MENA.
A signaler que le facteur de stabilité politique a été également vu d’un bon œil par l’agence de notation  Fitch Ratings qui a, à son tour, livré une analyse des retombées économiques du Printemps arabe sur le Maroc  et la Tunisie. 
Dans cette analyse comparative publiée récemment par Fitch Ratings, l’agence de notation revient sur les notes attribuées au Maroc et à la Tunisie depuis le Printemps arabe et explique les divergences d’évolutions. Fitch indique que la différence des notations du Maroc (BBB/Stable) et de la Tunisie (BB/Negative) depuis le début du Printemps arabe, en janvier 2011, reflète des développements différents découlant de la manière dont s’est déroulée la transition politique dans chacun des deux pays et son influence sur le rendement économique.
La note du Maroc est restée inchangée tandis que celle de la Tunisie a été abaissée de 4 crans au total. A Rabat, «la transition du Maroc vers un système politique plus ouvert s’est faite en douceur» citant la nouvelle Constitution de 2011 qui a permis au gouvernement de mettre en œuvre un certain nombre de réformes. Dans le cas de la Tunisie, l’agence note une transition politique «longue et difficile» et rappelle également les mouvements de protestations populaires permanents, marqués par la violence et l’instabilité politique, chose qui n’a fait qu’enfoncer l’économie du pays. 

Mohammed Masmoudi
Mardi 27 Mai 2014

Lu 558 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs