Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

JO 2012 : le chantier olympique prend forme




A Stratford, dans l'est déshérité de Londres, le stade olympique prend forme, quelque 900 jours avant l'ouverture des Jeux, mais les organisateurs doivent encore répondre à de nombreuses questions.
Dans un ballet de bulldozers et de camions, les carcasses du stade, de la piscine et du village olympiques s'élèvent. Quatre mille ouvriers y travaillent. Ils seront bientôt 11.000.
Londres-2012 est dans les temps, selon les organisateurs qui ont reçu plusieurs satisfecits du Comité international olympique (CIO) quant au respect des délais.
"Beaucoup de choses sont sorties de terre", se réjouit David Higgins, directeur-général de l'Olympic Delivery Authority (ODA), le donneur d'ordre des Jeux. Higgins est entré en fonction juste avant le départ du président de l'ODA, Jack Lemley, qui avait protesté en novembre 2006 contre l'explosion selon lui "exponentielle" des budgets et le choix du gouvernement de l'ignorer.
Depuis, la crise est passée et la ministre en charge des Jeux, Tessa Jowell, l'une des plus ferventes avocates de la candidature londonienne, a maladroitement reconnu que si le gouvernement avait su que la récession arrivait, il se serait "certainement abstenu...” Sur le site, les visites se multiplient, à en croire la guide Julianne Marriott: "La plupart des visiteurs sont les formidables contribuables britanniques, qui veulent savoir ce qui se passe ici, où va leur argent et ce qui va se passer après les jeux Olympiques." Les "formidables contribuables" ont effectivement des questions légitimes à poser. Ils ont par exemple appris en 2009 qu'il leur faudrait assumer le coût du village olympique, qui devait être assuré par le secteur privé.
Beaucoup se demandent également comment le budget, annoncé à 3,4 milliards de livres lors de la victoire de Londres sur Paris en 2005, a pu passer à une somme aujourd'hui estimée par Higgins à environ 7,2 milliards (8,2 Mds d'euros au cours actuel). Pour le seul stade, l'enveloppe a quasiment doublé.
Les organisateurs ont dû puiser dans leur fonds d'urgence et chercher des économies. Et là, ce sont les instances sportives internationales qui ont des questions. La boxe et le badminton ont refusé d'être déménagés à l'autre bout de la ville, à Wembley, dans des infrastructures existantes, quand des stades dédiés étaient prévus. Le problème reste pendant. A des journalistes britanniques qui s'offusquaient en décembre que le golf et le rugby à VII n'aient pas été admis au programme dès 2012, le président du CIO, Jacques Rogge, avait rétorqué avec un agacement peu coutumier: "Londres a déjà bien assez à faire avec ses 26 sports." L'avenir du stade au delà des J.O reste incertain, même si les organisateurs ont assuré qu'il resterait dédié à l'athlétisme, dans une configuration réduite de 80.000 à 25.000 places. Une destruction a été évoquée avant d'être écartée. Un club de football, West Ham, souhaite s'y installer.
Les autorités britanniques veulent éviter d'avoir sur les bras une infrastructure coûteuse et sous-utilisée, comme à Athènes ou à Pékin.
Dans le quartier, l'un des plus pauvres de la capitale, le soutien aux Jeux paraît réel. Beaucoup veulent y voir la promesse d'un avenir meilleur, réitérée par Higgins: "Ce qui rend ce projet unique par rapport à Sydney par exemple, c'est que ce site est à 1 mile (1,6 km) de Canary Wharf, à deux de la City. Neuf lignes ferroviaires s'y rencontrent. Cela va être une ville nouvelle, cela va apporter du travail, ce sera un endroit où les gens voudront vivre".
En terme d'infrastructures, les organisateurs sont dans les temps. Reste à délivrer les promesses en matière de retombées extra-sportives.

AFP
Vendredi 22 Janvier 2010

Lu 612 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs