Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Italie : l'Inter plonge le Milan dans la crise




Italie : l'Inter plonge le Milan dans la crise
Il s'agissait de ne pas se rater. Et cela n'a pas loupé : le Milan, attendu au tournant, pour ne pas dire scruté de toutes parts au moment de disputer dimanche soir le derby dit "della Madonnina", s'est finalement incliné (1-0) face à son cousin intériste. Une quatrième défaite en six journées de Série A qui enfonce les Rossoneri dans la crise. Et devrait sonner le glas du contrat de l'entraîneur Massimiliano Allegri.
Comment le club aux sept Ligues des champions, vainqueur du scudetto en 2011 avec ce même entraîneur, en est-il arrivé là ? Il y eut d'abord la résurrection de la Juventus l'an passé, qui a survolé le Championnat sans perdre le moindre match grâce à des investissements massifs sur le marché des transferts. Mais il y a surtout des finances exsangues qui ont poussé le propriétaire du club Silvio Berlusconi, autrefois si enclin à dépenser des sommes folles pour recruter des stars, à vendre cet été ses deux meilleurs joueurs, Thiago Silva et Zlatan Ibrahimovic, au PSG.
Une situation symbolisée par son trio d'attaque actuel composé de jeunes pousses (Emmanuelson, Bojan et El Shaarawy) qui n'a pas pesé bien lourd dimanche soir face à la défense expérimentée de l'Inter. Dont fait d'ailleurs partie l'unique buteur de ce derby, Walter Samuel (34 ans), à l'opportunisme qui tranche avec la stérilité offensive des Rossoneri, malgré un extravagant taux de possession de balle (66,3%) et une seconde période passée presque entièrement en supériorité numérique après l'expulsion de Nagatomo.
A noter que, sur 20 tentatives milanaises, 14 furent des frappes lointaines. Signe qu'outre la crise de résultats, le club réputé pour sa qualité de jeu ancestrale vit surtout une crise identitaire. Son entraîneur est donc logiquement sur le sellette. Et l'ironie de l'histoire, c'est que son successeur pourrait bien être son plus grand détracteur en interne. Filippo Inzaghi, ancienne gloire aujourd'hui coach des moins de 16 ans, a en effet déjà publiquement mis en cause Allegri.
Surtout, le quatrième meilleur scoreur de l'histoire du Calcio a un argument pour lui : un sens du but que personne n'a jamais osé lui contester. Et qui manque aujourd'hui cruellement aux joueur du Milan.

Libé
Mardi 9 Octobre 2012

Lu 124 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs