Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Italie-Espagne : Le choc «show» des huitièmes




Italie-Espagne : Le choc «show» des huitièmes
Italie - Espagne, le remake de la dernière finale, est le premier choc connu des 8e de finale de l'Euro après les matches de mardi, qui ont vu la qualification de l'Allemagne championne du monde et de cinq autres équipes.
Italie - Espagne aura lieu le 27 juin au Stade de France de Saint-Denis pour une revanche de la finale de l'Euro-2012, remportée 4-0 par les Espagnols.
En une soirée et quatre matches, le nombre de qualifiés pour les 8e a doublé.
Certains ont décroché leur billet sur le terrain: c'est le cas de l'Allemagne et la Pologne dans le groupe C, qui ont battu l'Irlande du Nord et l'Ukraine sur le même score de 1-0 dans les deux premiers matches.
D'autres sont passés au tour suivant sans même avoir besoin de jouer. Par effet dominos, les deux premiers résultats ont entraîné la qualification mathématique de trois autres équipes: la Croatie, la Slovaquie (qui a joué tous ses matches) et la Hongrie.
Les Croates ont parachevé cette qualification abstraite en remportant en soirée une victoire bien réelle contre l'Espagne double championne en titre, déjà qualifiée.
A cause de cette défaite, l'Espagne finit deuxième de son groupe derrière la Croatie, ce qui place l'Italie sur sa route en 8e.
Enfin, la petite Irlande du Nord est elle aussi mathématiquement qualifiée à la faveur des résultats de mardi et malgré sa défaite.
Ces qualifications mathématiques et le programme des 8e découlent du système complexe instauré pour cet Euro à 24 équipes, le premier de l'histoire. Tous les premiers et deuxièmes de chacun des six groupes passent en 8e de finale, ainsi que les quatre meilleurs troisièmes.
Outre le choc Italie - Espagne, on connaît déjà un autre 8e de finale: Suisse - Pologne samedi à Saint-Etienne. Les autres dépendront des derniers matches de groupes.
Deux stars mondiales du foot ont la pression: le Portugais Cristiano Ronaldo et le Suédois Zlatan Ibrahimovic, dont les sélections ne sont pas sûres de se qualifier. Le Portugal devait affronter la Hongrie et la Suède la Belgique.
Ce match pourrait être le dernier d'Ibrahimovic en sélection, puisqu'il a annoncé mardi qu'il prendrait sa retraite internationale au terme de l'Euro.

Expulsion pour la deuxième
fois de France d’Alexandre
Chpryguine
Hors du terrain, la journée de mardi a été marquée par les suites d'une rocambolesque affaire. Le supporter ultranationaliste russe Alexandre Chpryguine a été expulsé pour la deuxième fois en trois jours, après avoir nargué les autorités en revenant en France malgré sa première expulsion.
"Certains ont fait les malins", a déclaré le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve à Paris, sans citer Chpryguine.
L'expulsion de ce dernier a été annoncée par le ministère tard en soirée. Selfie à l'appui, lui-même avait affirmé un peu plus tôt être à bord d'un avion de la compagnie Aeroflot pour Moscou, "sur les deniers de la République française".
L'encombrant supporter a été arrêté lundi soir au stade de Toulouse alors qu'il comptait assister à Russie - pays de Galles. Le ministère de l'Intérieur a révoqué lundi son visa et délivré une interdiction de territoire.
Chpryguine avait été expulsé une première fois samedi en compagnie de 19 autres Russes, après les graves violences commises par des hooligans à Marseille en marge d'Angleterre - Russie le 11 juin. Ces violences ont fait 35 blessés, essentiellement anglais, dont deux toujours dans le coma mardi.
Elles avaient aussi renforcé les craintes autour d'autres matches de l'Euro. Parmi eux, Ukraine - Pologne, qui a eu lieu à Marseille mardi, 10 jours après.
Des incidents ont éclaté avant la rencontre à proximité du stade Vélodrome, où la police a fait usage d'un canon à eau et de gaz lacrymogène et a procédé à quatre interpellations (plus huit autres en ville pour une rixe).

Nouvelle pelouse pour
le stade de Lille
Selon une source policière, les forces de l'ordre sont intervenues pour séparer les protagonistes d'une rixe et ont été prises à partie. Le rond-point du Prado, à proximité immédiate du stade, était alors bondé, notamment de supporters polonais.
A Lens, des supporters de la Turquie ont lancé plusieurs fumigènes sur la pelouse après le deuxième but de leur équipe contre la République tchèque. Aucun débordement en revanche côté croate à Bordeaux, quatre jours après les jets de fumigènes lors du match précédent.
La journée de mercredi devait faire une victime à coup sûr après Italie - Eire: la pelouse du stade de Lille. Très abîmée et très critiquée, elle sera remplacée vendredi par un gazon amené des Pays-Bas.

Jeudi 23 Juin 2016

Lu 517 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs