Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Israël pris de doute




«Pourquoi on ne nous aime pas»?, se demande-t-on à Tel Aviv.
 
Une interrogation pertinente. Les politiques israéliens depuis quelque temps ne savent plus à quel saint se vouer. L’image de leur pays se dégrade de plus en plus dans le monde, et ça leur pose problème !
En fait, ils ne devraient pas trop se creuser les méninges. Si l’image d’Israël est au plus bas, il ne faut pas chercher loin. La faute incombe d’abord et surtout aux gouvernants israéliens eux-mêmes.
C’est leur attitude arrogante, leur politique du fait accompli qui ont fini par excéder même les pays considérés jusqu’ici amis ou alliés de l’Etat hébreu.
Tel Aviv n’a pas l’air de comprendre que le monde est en train de changer, voire se métamorphoser.
Pendant ce temps, il continue de vivre dans sa bulle pensant qu’il peut se comporter comme il l’entend sans que cela suscite récriminations ou critiques.
Israël se considérait au-dessus de tout reproche.
En dehors des Etats-Unis pour les raisons que l’on sait, le cercle de ceux qui faisaient bénéficier Israël de leur sympathie et même de leur bienveillance est en train de s’effriter.
S’il veut retrouver ou plutôt trouver sa place normale dans le concert des nations, Israël possède lui-même la solution. Il n’a pas à la chercher ailleurs, ni se présenter en victime expiatoire.
On doute qu’il puisse faire l’effort nécessaire, surtout avec le gouvernement actuel.
Le cabinet Benyamin Netanyahou n’a jamais poussé au ravin son pays comme l’auraient fait d’autres avant lui.
Sa politique extrémiste est un échec total aussi bien au niveau de ses relations extérieures que sur le plan intérieur.
Sur le plan interne, Israël n’a jamais connu une situation sociale aussi dégradée. Les Israéliens sont sortis nombreux dans la rue pour crier leur ras-le-bol !
Comme on pouvait s’y attendre, le gouvernement en place a cherché à détourner l’attention des Israéliens en ouvrant des fronts extérieurs. Mais c’était un échec total.
Qu’on se rappelle la dégradation des relations avec Ankara, les incidents du Sinaï ou l’assaut donné à l’ambassade d’Israël au Caire sans oublier l’échec des manœuvres israéliennes pour empêcher les démarches palestiniennes  d’aboutir à la reconnaissance de l’Etat palestinien.
Youssef BENZAHRA

Libé
Jeudi 15 Septembre 2011

Lu 346 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs