Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Israël boucle Al-Qods et installe des checkpoints autour des quartiers palestiniens

L'ONU critique un usage excessif de la force par Israël contre les Palestiniens




Le gouvernement israélien a adopté dans la nuit de mardi à mercredi de nouvelles mesures pour lutter contre les violences palestiniennes, qui ont franchi un nouveau palier dans la journée de mardi avec la mort de trois Israéliens. Deux des trois Palestiniens auteurs des attentats à Jérusalem ont été tués, un autre a été blessé par balle. Le seul survivant étant un membre du Hamas, selon la sécurité intérieure.
"Le cabinet de sécurité a décidé notamment d'autoriser la police à boucler ou imposer un couvre-feu sur les quartiers de Jérusalem, en plus de la démolition des maisons de présumés terroristes, aucune construction nouvelle ne sera autorisée sur le site en question, que les propriétés des présumés terroristes seront confisquées et que le permis de résident en ‘’Israël’’ sera révoqué", selon le communiqué.
Israël a commencé mercredi à installer des postes de contrôle aux accès des quartiers palestiniens de Jérusalem-Est au lendemain de la plus grave série d'attentats récents contre des Israéliens, a annoncé la police.
"La police est en train d'installer des postes de contrôle aux sorties des villages et des quartiers de Jérusalem-Est", partie palestinienne de Jérusalem annexée et occupée par Israël, a-t-elle indiqué dans un communiqué.
Cette mesure est l'une des dispositions annoncées en réaction au nouveau cap franchi par les violences entre Palestiniens et Israéliens. Trois Israéliens ont été tués et de nombreux autres blessés mardi à Jérusalem dans une attaque à la voiture bélier et dans le premier attentat à l'arme à feu dans un bus depuis le début de l'escalade le 1er octobre.
Les trois auteurs des attentats venaient de Jérusalem-Est comme la plupart des auteurs des attaques récentes. La mise en place de postes de contrôle à Jérusalem-Est a ajouté par le passé au ressentiment des Palestiniens, dont elle compliquait considérablement la vie et les déplacements, par exemple ceux des enfants se rendant à l'école.
Washington a condamné les deux attaques de Jérusalem. "Les Etats-Unis condamnent avec la plus grande force les attaques terroristes d'aujourd'hui contre des civils israéliens", a déclaré le secrétaire d'Etat américain John Kerry lors d'une conférence de presse à Boston. Il a exhorté les autorités israéliennes et palestiniennes à rétablir le calme.
Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon "a condamné tous les actes de terrorisme auxquels nous avons assisté en Israël et en Palestine", selon son porte-parole. "L'usage apparemment excessif de la force par les forces de sécurité israéliennes est également troublant et doit être réexaminé sérieusement", a dit M. Ban. Cet usage de la force "contribue à aggraver la situation, ce qui mène à un cercle vicieux d'effusion de sang inutile".
Un des Palestiniens auteurs des attentats, avait ouvert le feu dans un autobus de Jérusalem-Est, dans la matinée de mardi, faisant deux morts et plusieurs blessés. Cet attentat ne devrait pas manquer, dans une ville déjà à cran, de ranimer le souvenir des Intifadas de 1987 et de 2000, pendant lesquelles les transports publics étaient une cible privilégiée.
C'est la première attaque à l'arme à feu à Jérusalem depuis le début de la flambée de violences le 1er octobre --déclenchée par l'assassinat de deux colons-- qui a fait sept morts parmi les Israéliens et une trentaine chez les Palestiniens, dont plusieurs auteurs d'attentat.
La tension demeure vive en Cisjordanie occupée, où les Palestiniens étaient appelés mardi à un "jour de colère" et où de nouveaux affrontements ont opposé des centaines de jeunes lanceurs de pierres et les soldats israéliens à Bet El, près de Ramallah, à Qalandiya et à Bethléem.
Un Palestinien de 28 ans a été tué dans des heurts, selon des sources médicales.
Dans la bande de Gaza, un millier de jeunes ont lancé des pierres et des engins incendiaires contre le point de passage d'Erez, sorte de forteresse israélienne dans la barrière de sécurité qui enferme Gaza. Au moins 32 Palestiniens ont été blessés par des tirs israéliens, selon les secours palestiniens.
L'organisation islamiste Hamas salue des "opérations héroïques" et estime que "l'intifada s'intensifie", a déclaré le porte-parole Sami Abou Zouhri à l'AFP.
Outre les plus de 30 morts dans les violences, une centaine de personnes ont été blessées côté israélien et des centaines côté palestinien depuis le 1er octobre, selon les secours de part et d'autre.

Jeudi 15 Octobre 2015

Lu 458 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs