Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Irak : Les deux blocs chiites discutent de fusion




Les deux principales alliances politiques irakiennes à dominante chiite ont engagé des négociations en vue de fusionner, au risque de raviver les tensions avec la communauté sunnite, dans le sillage des élections législatives du 7 mars.
Seize jours après le scrutin, les résultats officiels portant sur 95% des bulletins accordent une avance de 11.000 voix au bloc laïque Irakia conduit par l’ex-Premier ministre Iyad Allaoui sur l’Etat de droit, l’alliance à dominante chiite du chef de gouvernement sortant Nouri al Maliki.
Proche de l’Iran, l’Alliance nationale irakienne (ANI), qui regroupe divers mouvements chiites, dont la plus importante composante est le Conseil suprême islamique en Iran (CSII), arrive en troisième position.
“On a eu plus d’une rencontre avec l’ANI pour arriver à former une alliance ou à fusionner les deux coalitions”, a déclaré à Reuters Sami al Askari, personnalité en vue de l’Etat de droit.
“Il y a nécessité de fusionner la coalition de l’Etat de droit et l’Alliance nationale irakienne”, avait estimé peu auparavant dans un communiqué Ali Dabbag, porte-parole du gouvernement sortant de Maliki.
Une telle fusion écarterait du pouvoir Allaoui, vieux rival chiite de Maliki, mais elle risque surtout de provoquer le ressentiment de la communauté sunnite, qui a plébiscité le bloc Irakia, où ses principaux leaders figuraient en bonne place.
Mais la fusion entre l’Etat de droit et l’ANI, dont fait partie le courant de l’imam radical chiite Moktada Sadr, pourrait aussi conduire à l’effacement de Maliki, dont les sadristes ne veulent plus depuis qu’il a mis au pas leurs miliciens armés en 2008.
Le courant sadriste a représenté quelque 30% du vote pour l’ANI le 7 mars et ses dirigeants ont affiché leur intention d’influer fortement sur la formation du futur gouvernement, qui devrait prendre des mois, ni Irakia, ni l’Etat de droit ne pouvant prétendre à constituer seul un cabinet.
Askari a assuré que personne d’autre que Maliki ne pouvait conduire le futur gouvernement en cas de fusion avec l’ANI. Mais un leader de l’ANI a souligné qu’une telle fusion impliquerait nécessairement les sadristes et qu’elle n’aurait pas lieu si Maliki insistait pour rester Premier ministre.
“Il est impossible de laisser Maliki être à nouveau Premier ministre. Il n’en sera pas autrement et s’il n’est pas d’accord, alors, d’accord, laissons-le s’allier à Irakia”, a ajouté ce même dirigeant.
Dans une interview récente à l’agence Reuters, Allaoui, Premier ministre de 2004 à 2005, se dit ouvert à des alliances, y compris avec Maliki, à condition que ce dernier se démarque de tout sectarisme et approuve la réconciliation entre communautés.
“Jusqu’ici, il s’est montré inflexible (...) Il a de plus nommé aux plus hauts postes gouvernementaux des responsables qui appartiennent non seulement à sa communauté mais à son parti, ce que nous considérons comme très dangereux.
“Mais s’il change d’attitude, en paroles mais aussi en actes, nous serons évidemment très heureux de coopérer avec lui. La dynamique a changé. Peut-être que cela lui fera comprendre qu’il n’a aucun avenir s’il persiste dans tout ce qu’il a fait.”

Reuters
Jeudi 25 Mars 2010

Lu 666 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs