Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Investissements libyens au Maroc : Au service de la famille Kadhafi




Lors d’une intervention faite fin mars dernier, Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al-Maghrib, avait précisé que, comme tout investissement étranger au Maroc, l’investissement libyen a été opéré par l’ouverture d’un dossier auprès de l’Office des changes, qui permet aux initiateurs de rapatrier les produits de l’investissement, avec la garantie de retransfert du capital investi. Autrement dit, il n’y a pas de connexion directe avec les actifs au Maroc engageant du capital libyen et les avoirs libyens aujourd’hui sujets à gel au niveau international. «Nous n’avons pas d’avoirs libyens et nous n’avons pas été sollicités pour geler quoi que ce soit», avait-il conclu.
Bref, il tenait, avant tout, à rassurer : le gel des avoirs de la famille Kadhafi, par résolution onusienne, ne pouvait avoir aucun impact sur les investissements au Maroc. Et pour cause, contrairement à ce que laisseraient croire quelques projets libyens parmi les plus visibles, comme les stations Oilibya, le Kenzi Tower Hotel à Casablanca ou encore le Kenzi Menara Palace à Marrakech, les investissements de la Jamahiriya demeurent limités.
Les IDE en provenance de ce pays ne dépassaient pas les 20 millions de dirhams avant 2003. Ils passeront, ensuite, à 26 millions de dirhams, avant de tomber à 24 millions de dirhams en 2004 et le mouvement se tarit jusqu’en 2007, année où les flux ont subitement progressé de 51%.
En 2008, le volume d’investissements enregistré s’est élevé à 239 millions de dirhams, boosté par l’arrivée en masse d’investisseurs libyens avec, à leur tête, la Libyan Foreign Investment Company (Lafico), filiale du fonds souverain Libyan Investment Authority (LIA). Mais nombre de projets initiés dans ce cadre resteront dans les cartons, exception faite du fameux Kenzi Tower Hotel, dans lequel le fonds Lafico a misé 880 millions de dirhams, le rachat par Oilibya de Mobil Maroc, filiale d’Exxon Mobil, des projets immobiliers à Casablanca et Rabat et des partenariats avec des opérateurs privés du secteur de l’hôtellerie notamment ceux du Kenzi Menara Palace et ceux de l’hôtel Solazur de Tanger.
Il convient néanmoins de préciser que les investissements libyens au Maroc se confondent largement avec les fonds propres de la famille Kadhafi même si l’essentiel des capitaux investis provient de   la LIA via sa filiale Lafico, tous deux frappées par la décision de gel des avoirs. 

L.B
Mercredi 24 Août 2011

Lu 1113 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs