Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Interdiction du temps plein aménagé : Les enseignants de médecine dénoncent les propos de Houcine El Ouardi




Interdiction du temps plein aménagé : Les enseignants de médecine dénoncent les propos de Houcine El Ouardi
La sortie tonitruante du ministre de la Santé à propos du Temps plein aménagé (TPA), a provoqué l’ire des enseignants- chercheurs des cinq Facultés de médecine et de pharmacie du Royaume. Estimant  les propos tenus  par  Houcine El Ouardi d’«insultants et dégradants» à l’égard d’une catégorie professionnelle à laquelle il appartient, ces praticiens lui rappellent, dans un communiqué rendu public hier par le Syndicat de l’enseignement supérieur, section Facultés de médecine, que ses déclarations «sont d'autant plus graves, qu'elles sont susceptibles d'engendrer de la haine, du mépris voire de la violence de la part des citoyens à l'encontre des médecins en général et des enseignants en particulier».
Qualifiant son discours de “populiste”, adressé à une population innocente et naïve ignorant les tenants et aboutissants du dossier de n’avoir qu'un intérêt politique et des fins électorales, ils lui imputent «toute responsabilité»  dont les médecins en question pourraient être victimes.
Après lui avoir rappelé qu’il s’était engagé avec eux dans des pourparlers pour la réglementation du TPA, ils se déclarent «surpris  par la décision soudaine et unilatérale de celui-ci et du gouvernement pour l'arrêt de cette activité» qui existe «partout dans le monde y compris dans les pays industrialisés et les pays voisins».
Après avoir mis en lumière le fait que «le ministre actuel est incapable de résoudre les problèmes épineux du système de santé en l'absence d'une vision stratégique et globale de la santé au Maroc», les enseignants-chercheurs  «refusent de  servir de bouc émissaires» sur lesquels il croit pouvoir se défausser sans réaction aucune de leur part. Ceci d’autant plus que ce sont eux qui ont demandé «la réglementation et le contrôle du TPA et qui ont condamné les  dépassements mais les autorités compétentes n'ont pas fait leur travail».
Ils lui rappellent également que «s’il existe un vide juridique depuis 2001, c’est au législateur d’en assumer la responsabilité et non les enseignants». 
Pour toutes ces raisons, ils  condamnent cette  décision, la manière dont le ministre de tutelle et le gouvernement l’ont  prise ainsi que  les propos de Houcine El Ouardi à leur égard.
Les enseignants-chercheurs «appellent  le chef du gouvernement à un dialogue sérieux et constructif pour trouver une solution adéquate à l'exercice du TPA dans le cadre du partenariat public- privé."
«Nous mettons les partis politiques et le gouvernement devant leurs responsabilités quant aux conséquences graves et à la tournure que peut prendre ce dossier si une solution juridique «juste» n’est pas prise en concertation avec les concernés», conclut le communique du SNESUP.

LARBI BOUHAMIDA
Jeudi 22 Novembre 2012

Lu 1033 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs